Palenque, ses ruines mayas et ses belles cascades dans la jungle

Les bassins bleu ciel de la cascade Agua Azul non loin de Palenque, au Mexique.

Palenque, c’est le tout premier stop de notre séjour mexicain. Une ville intéressante, des ruines mayas très jolies dans la jungle, des belles cascades d’eau bleu ciel non loin… On goûte aussi à nos premiers vrais plats mexicains, on s’imprègne de la culture actuelle et passée, bref, une jolie découverte dans l’État mexicain du Chiapas !

 

Notre circuit sur 15 jours au Mexique

 

Nous prévoyons de parcourir le Mexique, et plus précisément la péninsule du Yucatán, sur une quinzaine de jours. En bus principalement car nous n’avions pas envie de louer une voiture. Pourtant, les routes sont plutôt sûres, bien entretenues et tout est bien indiqué. Mais ça, on ne l’a su qu’après ! Pour deux, le bus reste aussi assez économique…

Il faut savoir que le pays est immense comparé à ceux d’Amérique Centrale. Sur deux semaines, il faut faire des choix, entre les villes à visiter, les sites mayas à découvrir et les cenotes pour se rafraîchir.

Voici notre itinéraire à travers les différents États de l’est du Mexique. Car oui, le pays est divisé en États, un peu comme les USA. La péninsule yucatèque telle qu’on l’entend est elle-même composée de plusieurs États différents !

Notre trajet à travers le Mexique (Yucatan) depuis le Guatemala.

On commencera donc par la petite ville de Palenque, dans l’Etat du Chiapas. Puis, nous traverserons l’État de Campeche pour arriver dans celui du Yucatán à proprement dit, avec sa capitale Mérida. Enfin, nous visiterons quelques lieux dans l’État de Quintana Roo qui borde la côte Caraïbe.

 

Palenque, ville authentique et traditions locales

 

Arrivée en fin d’après-midi après un (long) trajet depuis la petite ville de Flores, au nord du Guatemala. Palenque, c’est à la fois une ancienne cité-Etat maya et une ville actuelle mexicaine où se croisent beaucoup de locaux mais finalement peu de touristes. C’est vrai que ça commence à faire loin pour ceux qui atterrissent directement à Cancún sur la côte !

On se sent donc immergé parmi les habitants, l’ambiance nous rappelle le Guatemala tout en ayant une petite touche bien mexicaine. Comme la place principale de la petite ville par exemple, avec sa configuration typique qu’on retrouvera quasiment partout (tout comme les rues disposées en quadrillage). Une jolie église, entourée de décorations colorées, une scène où en fin de semaine des Mexicains viennent présenter des spectacles de danse, un lieu de détente et de retrouvailles où se mêlent marché de souvenirs, crêpes et autres produits à déguster.

Eglise de la place principale de Palenque, au Mexique.

 

Où avons-nous logé à Palenque ?

Airbnb chez Nury, nommé sur le site Cómoda casa de hospedaje en centro de Palenque. On a payé notre première nuit via le site, 16,74€. Notre seconde, nous l’avons payée directement à Nury : 300 pesos.

Chambre double, avec salle de bain privée, très agréable, avec climatisation et ventilateur. Pas trop loin du centre-ville à pied. On pouvait même utiliser sa cuisine.

 

A la recherche de nos premières spécialités locales

 

Quel plaisir de pouvoir goûter le soir même à nos premiers plats typiques mexicains ! On ne trouvera quasiment jamais moins cher dans les autres villes que nous visiterons. Les « comedor » le long de la place de Palenque pratiquent des prix imbattables ! Pensez, 95 pesos (soit environ 4,30 €) pour deux…

C’est avec joie et impatience qu’on accueille nos premiers tacos, servis avec un jus de fruits frais. Des tacos, ce sont des petites tortillas (faites maison c’est mieux), servies par trois, avec souvent de la purée de pois rouges, de l’avocat, de l’oignon, une viande, un peu de fromage local (du oaxaca)… C’est simple, bon, peu copieux pour un gros mangeur (Damien en reprendra) mais suffisant pour moi !

Tacos mexicains mangés à Palenque.
Les fameux tacos ! En fait, tout est « tacos », les autres plats sur la carte, ce sont juste les mêmes ingrédients arrangés ou cuits différemment 😉

Je ne résiste pas non plus à tester une « marquesita » en dessert. Hein, c’est quoi ça ? Ce sont des stands de crêpes qu’on retrouve partout sur les places mexicaines. Mais attention, même si la recette de base semble être la même que nos crêpes sucrées, ici, elles sont chauffées si fort sur le feu qu’elles deviennent aussi fines et croustillantes que des gaufrettes. Comme garniture, on peut rester basique (nutella + banane mmm) ou tenter le style mexicain, comme fromage râpé/nutella !!

Sinon, si on aime le maïs, au Mexique on est servi ! Une autre spécialité qu’on verra partout, ce sont les stands proposant des épis de maïs bouilli, badigeonnés de mayonnaise et de piment. Les locaux adorent et en achètent à toute heure de la journée ! Perso, on n’a pas essayé, ça ne me donnait pas trop envie…

 

Ruines mayas au cœur de la jungle mexicaine

 

Palenque est surtout réputée pour ses ruines mayas très bien conservées, son ancienne cité-Etat du même nom. Le site est très proche du centre-ville, à seulement quelques km.

 

Comment on est allé aux ruines de Palenque ?

On a attrapé un « collectivo » (van collectif qui suit un trajet précis). Ils tournent tous dans les rues du centre-ville le matin pour se rendre aux ruines.

Tarif aller: 20 pesos par personne. Finalement, nous n’étions que deux à l’intérieur !

 

Entrée du site maya de Palenque

Tarif INAH : 70 pesos par personne

Prix de l’entrée même des ruines : 35 pesos par personne. On paye donc les deux tarifs pour le site.

Note : L’INAH, c’est l’Institut National de l’Anthropologie et de l’Histoire. De ce qu’on a pu voir, il y a toujours une taxe à verser à cet organisme pour accéder à un site touristique mexicain, en plus du tarif d’entrée en lui-même.

Attention, c’est indiqué aux caisses à l’entrée que pour avoir le droit de prendre des photos, ce serait 45 pesos en plus… Bon, on a pu en prendre sans payer cette taxe, on n’a pas demandé plus de détails. Par contre, comme partout au Mexique et au Guatemala sur ces sites, les drones sont formellement interdits.

 

A cause du décalage horaire (qu’on avait mal anticipé –l’Etat du Chiapas a une heure d’avance par rapport au Guatemala), on s’est retrouvé devant l’entrée des ruines vers 10 h. Tant pis, on ne sera pas tout seul, l’ouverture étant à 8h. Finalement, il n’y aura pas tant de monde que ça dans la journée, comparé à d’autres ruines que nous visiterons plus tard dans le Yucatán.

Pourtant, ça en vaut la peine ! L’ancienne cité précolombienne est magnifique, on entend même dire que c’est l’une des plus belle du Mexique. On n’aura pas tant de comparaison que ça (on ne peut pas tout faire) mais il faut avouer qu’elle nous a bien plu.

Temple des Inscriptions à Palenque, au Mexique.

A peine entrés dans le parc, on s’arrête stupéfait devant la splendeur des premiers temples baignés par le soleil…

Nous n’avons pas pris de guide cette fois-ci. Nous avions fait une visite guidée des ruines de Tikal deux jours auparavant, on n’en ressentait pas le besoin ici. Tout est très bien indiqué le long des sentiers, assez linéaires de toute manière. Des panneaux explicatifs sont installés devant chaque temple, afin de mieux comprendre l’organisation de la cité.

Temples et pyramides dans les ruines mayas de Palenque au Mexique.
On peut monter sur certains temples, les marches sont toujours aussi hautes d’ailleurs;)

On apprend notamment que la plus imposante des pyramides, le Temple des Inscriptions, était le tombeau d’un souverain maya, K’inich Janaab’ Pakal 1er, mort en 683. Sa tombe serait l’une des plus grandes découvertes de la région mésoaméricaine et de la civilisation maya. Car avant, personne ne se doutait que les pyramides pouvaient abriter des morts, on pensait que c’étaient seulement des temples pour les dieux.

Une reconstitution de la tombe se trouve dans le musée à l’entrée du parc. Ce dernier est d’ailleurs très intéressant à visiter après avoir parcouru les ruines ! Son entrée est comprise dans le tarif du billet des ruines.

Contrairement à Tikal, où on a vu qu’il n’y avait aucun point d’eau environnant, ici à Palenque, les cascades et les cours d’eau ne sont pas loin. On en verra même deux plutôt impressionnants (voir la suite de cet article !). Le nom même de la cité viendrait de là : Lakam Ha en maya, soit « Grandes Eaux ».

Ce qui est très agréable, c’est que les ruines de Palenque proposent deux ambiances totalement différentes. Dans la première partie du parc, les grandes pyramides ont été rénovées et s’imposent de toute leur grandeur, avec leur architecture soignée.

Temple au sein des ruines mayas de Palenque, au Mexique.
On peut d’ailleurs noter les différences de construction et d’ornement par rapport à Tikal, notamment sur les sommets des temples.

On peut donc se balader tranquillement au soleil entre les temples. Seul point négatif, il faut slalomer entre les vendeurs de souvenirs par dizaines installés le long des allées…

Les immenses pyramides de la cité maya de Palenque, au Mexique.
Bon, ça tape un peu le soleil, on cherche quand même les points d’ombre…
Repos sous un arbre dans les ruines mayas de Palenque, au Mexique.
Une petite pause sous un arbre, entre deux temples.

La seconde partie du site est plus paisible encore, à l’ombre de la forêt tropicale. Les anciennes habitations mayas sont à demi-cachées dans la jungle, recouvertes de racines et d’arbres immenses. La lumière et les nuances de vert apportent un charme magique sur les sentiers !

Rivière à travers les ruines de Palenque, au Mexique.
On passe même au-dessus d’une rivière ! C’est vraiment très joli…

Le parc en soi s’avère beaucoup moins petit que Tikal. On aura fini vers 13h30, en prenant en compte la visite du musée attenant. Cependant, comme l’ancienne cité maya au Guatemala, ici, tout n’a pas été extrait de la jungle environnante. Bien au contraire, certains disent qu’on ne verrait que 10 % de la vraie cité maya de Palenque ! Par manque de temps, de financement mais aussi par souci de protection des pierres mayas, il reste encore de nombreux secrets cachés dans la forêt. J’aime beaucoup ce côté mystérieux lié à cette civilisation précolombienne, j’aime l’idée que l’homme n’ait pas encore tout découvert (et donc abîmé car c’est souvent ce qui se passe par la suite quand un lieu devient trop touristique…).

 

Comment on est revenu au centre-ville de Palenque ?
On a hélé un autre « collectivo » qui passait devant le musée. Il y en a tout le temps.

Tarif retour: 20 pesos par personne.

 

Cascades et bassins d’eau douce

 

Le lendemain, avant de partir pour Mérida en bus de nuit le soir même, on réserve un tour pour se rendre à des cascades à l’ouest. Allez, hop, direction une des agences de voyage de la ville !

Comme au Guatemala, on en trouve un peu partout, proposant comme d’habitude des visites touristiques de la région. On s’est renseigné, aller par soi-même aux cascades en collectivo revient au même prix que prendre le tour via une agence (comme tu réserves le collectivo pour la demi-journée…).

Il y a plusieurs cascades dans les environs de la ville, nous choisissons un tour vers celles nommées Misol-Ha et Agua Azul. On monte dans un van avec un petit groupe d’une dizaine de personnes. Chaque stop est chronométré par le chauffeur, c’est plutôt bien rôdé !

 

Notre tour organisé pour les cascades de Misol-Ha et Agua Azul

Agence de voyage Tulum Tours (ou quelque chose comme ça), à l’entrée de la ville. Départ à 12h, retour prévu vers 19h.

Il y a un peu de trajet en mini-bus pour atteindre les cascades et sur place, on dispose d’½ h à Misol Ha et d’environ 2h à Agua Azul.

Tarif: 250 pesos par personne.

 

Misol-Ha la grande

 

Première cascade : Misol-Ha, environ 30 m de haut. L’eau tombe bruyamment dans un vaste bassin sombre. Le coin est joli, on peut marcher le long de la roche derrière la chute d’eau. Attention, ça glisse ! Quelques téméraires se baignent dans le mini-lac, mais vu les 20 minutes autorisées sur place, on a la flemme de se jeter à l’eau pour revenir trempé. Peut-être à la suivante ! 😉

Petit lac au pied de la cascade Misol-Ha proche de Palenque, au Mexique.

Note : On peut visiter pour 10 pesos de plus une grotte souterraine au bout du chemin qui longe la falaise. Pourquoi pas (on ne l’a pas faite) mais pareil, il ne faut pas traîner.

Comme dans la grande majorité des lieux touristiques mexicains, les vendeurs de souvenirs sont de la partie (et encore, pas si nombreux à Misol-Ha). Ah tiens, les WC sont payants aussi, 5 pesos par personne. Ce n’est pas grand-chose bien sûr, mais je n’aime pas trop devoir sortir mon portefeuille à tout bout de champ…

 

Agua Azul, les belles bleues

 

Deuxième cascade : l’enchaînement des chutes et bassins d’Agua Azul, à la belle couleur bleu ciel. On bénéficie déjà de plus de temps sur place pour se promener. Mais bon, toujours pas envie de se baigner ! 😊 L’eau est claire et tentante mais c’est la météo qui se veut menaçante.

Enchaînement des bassins en escalier aux cascades d'Agua Azul, à Palenque.

On déambule le long des bassins en escalier. Il y a du monde et des stands de souvenirs à perte de vue, ça brise un peu le charme du lieu… Surtout quand on se fait héler tous les 3 m pour un jus d’eau de coco ou une babiole maya !

Magnifique cascade d'eau bleu ciel à Agua Azul, près de Palenque, au Mexique.

La rivière et la nature restent néanmoins très belles autour de nous. On se croirait dans le parc de Plitvice en Croatie ! L’eau qui dévale se pare d’une jolie couleur bleue, presque froide, telle une eau glaciale. Beaucoup osent se tremper dedans, elle n’est donc pas si fraîche ! Le brouhaha touristique s’atténue au fur et à mesure qu’on marche le long des cascades. Soudain, c’est une pluie violente qui s’abat sur nous !

En 2 minutes à peine, on se retrouve trempés jusqu’aux os, difficile de s’abriter sous les arbres. Evidemment, nos vestes de pluies étaient restées dans le van…

 

Retour au parking, il nous reste encore un peu de temps pour flâner (en évitant les gouttes) avant notre retour sur Palenque. Ce sera de nouveau le déluge sur la route, espérons que ce soit plus calme en ville !

Ce soir, on part en bus de nuit pour Mérida, la capitale de l’Etat du Yucatán. On patientera gentiment jusqu’au départ (23h30) dans l’agence ADO, la principale agence de bus de la péninsule. Wifi gratuit mais attention, prévoir de la monnaie car les WC sont payants (5 pesos par personne).

Note : On avait pu laisser nos sacs à dos à l’agence de voyage pendant notre tour aux cascades. Plutôt pratique comme on avait quitté notre Airbnb le matin même !

 

Nos autres articles sur le Mexique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *