Bacalar, la lagune mexicaine aux 7 nuances de bleu

La jolie lagune de Bacalar, aux 7 couleurs de bleu, au sud du Mexique.

Notre dernière escale mexicaine se fera tout près de l’eau turquoise : deux jours passées au bord de la jolie lagune bleue de Bacalar. C’est un lieu propice à la détente, il n’y a pas grand-chose à faire dans les environs hormis se reposer, nager, faire du paddle ou juste profiter du temps qui passe !

Bacalar, c’est une lagune située au sud-est du Quintana Roo, cet Etat du Mexique qui borde la mer Caraïbe. Elle est connue pour refléter avec la lumière du soleil jusqu’à sept couleurs différentes de bleu. On s’est amusé à les compter, c’est vrai que les nuances à la surface de l’eau sont magnifiques ! Bon de là à dire qu’il y en a 7;)

On s’arrête dans la petite ville du même nom, Bacalar, où l’ambiance est déjà plus posée et plus simple qu’à Tulum. On prend plaisir à retrouver le soir venu, l’animation sur la place principale, entre marché nocturne et stands de « marquesitas ».

 

Comment on est arrivé à Bcalar depuis Tulum ?
Les bus ADO que nous prenions d’habitude ont vu leurs tarifs bien augmentés sur la côte : 250 pesos par personne en 1ère classe et 190 en 2nde, avec le risque de se retrouver debout… On a donc choisi de faire le trajet en collectivo, tout en sachant qu’il y aurait un changement.

Départ au sud de la ville de Tulum, les collectivo vers Bacalar sont tous garés le long de la route au même endroits (mini-bus blancs). On change à Felipe Carrillo Puerto et on arrive à Bacalar au bout de 2h30 au total de route.
Tarif : 145 pesos par personne.

 

Les hôtels et bars avec ponton de bois pullulent le long de l’eau et s’étendent même loin de la ville. Malheureusement pour nous, ils sont un peu chers. Pas grave, on peut quand même utiliser leur fameux ponton moyennant une consommation;) Car c’est le principal attrait de la lagune, pouvoir lézarder à l’ombre des cabanes aux toits de palmes, construites au bout des pontons. Ou bien sûr se baigner ! Mais malgré les belles couleurs de l’eau, le fond vaseux et peu visible ne nous donnait guère envie près des berges.

Note : Il existe également des pontons publics gratuits en bas de la ville. Mais quand nous y étions, ils étaient en rénovation et interdits d’accès. On a de toute façon entendu dire qu’ils allaient devenir payants…

 

Où on a dormi à Bacalar ?
Réservation sur Booking, maison  Hospedaje a tu alcance. On a choisi un logement un peu plus en retrait du rivage, assez spartiate mais économique. Salle de bain à partager, lits sommaires (matelas sur des palettes au sol), Wifi ok. Pas trop la possibilité d’utiliser la cuisine par contre.

Tarif : 36 € les deux nuits.

 

Lettres colorées de la ville de Bacalar au Mexique.
Bacalar n’est pas très grande, on trouve rapidement les lettres colorées de la ville !
Fort San Felipe à Bacalar au Mexique.
Le fort de San Felipe, un ancien bastion contre les pirates, peut se visiter.

Navigation sur la lagune

 

Étant donné le peu de temps que nous allons passer sur place, nous avons décidé de réserver un tour en lancha de la lagune et de ses endroits les plus remarquables. 250 pesos par personne pour aller voir les cenotes Negro, Esmeralda et Cocalitos, les îles aux oiseaux et enfin le canal des pirates !

Pour le coup, c’était un peu trop rapide. On a eu le temps de tout voir en 1h30 environ mais notre guide ne traînait pas ! Et parlait dans un espagnol lui aussi très rapide, pas facile de suivre ^^

Mais ce tour fut néanmoins instructif, on a pu découvrir des beaux cénotes complètement différents de ceux que nous avons pu voir jusqu’ici. En effet, ils sont complètement ouverts sur la lagune et la seule variation que l’on peut observer se fait dans la couleur de l’eau, passant d’un beau bleu turquoise à un bleu foncé impressionnant. Le cénote Negro par exemple fait jusqu’à 150 m de profondeur alors que la lagune sur ses bords ne va pas à plus d’un mètre de fond ! Quand au cénote Esmeralda, il est immense en largeur, plus de 400 m de diamètre…

Enfin, le cénote Cocalitos nous a permis d’observer (de loin) des stromatolites. Euh, c’est quoi ça ? Ce sont des structures calcaires qui se forment dans les eaux peu profondes. Elles ne sont pas vivantes en tant que telles, mais sont construites par des bactéries et peuvent en abriter. Vraiment très anciennes, elles auraient aidé à créer notre atmosphère et seraient parmi les premiers êtres vivants encore présents aujourd’hui ! Impossible de manquer ça !

Rien de tel que des jolies photos pour illustrer tout ça:)

 

Balançoire sur un ponton face à la lagune de Bacalar.
Un autre des avantages de ce tour, c’est que nous avons accès toute la journée au ponton de bois des lanchas. Avec hamacs à l’ombre et balançoires !
Lagune de Bacalar, aux jolies couleurs de bleu.
Pendant que certains naviguent au fond dans la lagune, d’autres ont pied dans l’eau turquoise…
Hôtels le long de la lagune de Bacalar.
Quand on disait qu’il y avait des hôtels luxueux le long de la lagune… 🙂
Îles aux oiseaux sur la lagune de Bacalar.
Passage près des îles aux oiseaux, des réserves naturelles protégées.
Canal de los piratas dans la lagune de Bacalar, au Mexique.
Plutôt sympa le cadre, dans le canal aux pirates, non ? Un lieu pour se baigner dans l’eau chauffée par le soleil.
Stromatolithes dans la lagune de Bacalar, au Mexique.
Les fameux stromatolithes ! Ce sont les « ronds » verts immergés dans l’eau. Même si c’était interdit de les toucher car ils sont protégés, on a vu des personnes dans l’eau nager bien près…

Dernier repas au Mexique

 

Pour notre dernière soirée ici, allez, on se fait plaisir, resto ce soir ! Direction La Piña, où on peut (re)goûter en entrée au meilleur guacamole du monde, accompagné de délicieux cocktails… Après, ce sera pizza, eh oui, on en a un peu marre des tacos après quinze jours sur la péninsule du Yucatán !

Restaurant à Bacalar au Mexique.

Bacalar clôt donc notre voyage mexicain, après de belles visites et découvertes dans l’est de ce grand pays. Car on en a évidemment vu qu’une petite partie ! Les distances sont énormes ici, dur de penser aller jusqu’à Mexico, ou par avion sinon. La péninsule yucatèque regorge de trésors et vaut bien le coup de s’y attarder une quinzaine de jours voire plus, il en reste même ici des choses à voir ! Mais ce sera pour une autre fois;)

Maintenant, c’est retour au Guatemala, en passant par le Bélize, ce petit pays d’Amérique centrale situé au sud du Mexique, sur la côte Caraïbe. Un long périple nous attend !

 

Nos autres articles sur le Mexique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *