Polynésie française – Réseau internet/téléphone et wifi

Téléphone portable d'Anaïs sur Manwë : un OnePlus One.

Où trouver du wifi ? Comment obtenir un numéro local pour téléphoner ? Ça vaut le coup un forfait pour internet ? Ça coûte combien des cartes prépayées ? On vous dit sur l’accès à internet et au téléphone en Polynésie française en 2019/2020 !

 

Wifi dans l’archipel des Marquises

 

On préfère commencer par se débrouiller avec les points wifi qu’on peut trouver. Malheureusement, le choix est restreint. Sur Fatu Hiva, pas de wifi disponible, on a donc attendu Hiva Oa pour reprendre contact avec le monde extérieur.

 

Hiva Oa, mouillage de Tahauku

On peut se rendre au Yacht Service au-dessus du chantier Maintenance Marquises Service (MMS) pour disposer d’une connexion wifi toute la journée. Mais attention, pour avoir le code, il faut que la responsable Sandra Wullaert vous l’entre elle-même sur votre appareil et elle n’est présente qu’entre 8h30 et 10h30 chaque matin. Donc si vous arrivez trop tard, tant pis ! La connexion fonctionne bien, surtout en après-midi quand il y a moins de monde.

Note : Le code wifi est gratuit en soi mais en retour, on peut consommer une boisson chaude ou froide sur place pour 100 francs.

 

Tahuata, village de Vaitahu

Il y a le wifi au restaurant Chez Jimmy. Mais la connexion n’est franchement pas très performante. Pour obtenir le code, c’est 500 Fr ! On peut l’avoir sinon si on consomme l’équivalent de 1000 Fr mais ça reste très cher…

On a eu de la chance, on y avait été une première fois le lundi de Pâques, le restaurant était fermé. Le monsieur qui habite juste derrière nous avait alors gentiment et gratuitement donné le code, avec des fruits en prime ! Comme le code ne change pas, on a pu revenir sans avoir à payer les 500 fr;)

 

Nuku Hiva, village de Taiohae

Taiohae, c’est la « grosse ville », le chef-lieu des Marquises. Bon, en gros, ce n’est pas plus grand qu’Atuona sur Hiva Oa et ça reste quand même une taille de village. Peu importe, on peut y trouver du wifi entre autres choses, et ça reste intéressant. Surtout qu’il fonctionne bien !

On a utilisé celui du snack Tematapuaua, derrière le marché de fruits et légumes. On doit consommer pour avoir le code mais on peut ensuite rester la journée sans souci, surtout si on ne gêne pas en prenant place que les tables plus éloignées. Attention, le code change tous les jours et chaque personne est supposée consommer quelque chose pour l’avoir (pas un pour deux par exemple…).

 

Wifi dans l’archipel des Tuamotu

 

Aux Tuamotu, mieux vaut abandonner l’idée de trouver un point wifi. En tout cas, sur les atolls hors des sentiers battus, comme Raroia, Makemo ou Toau, il n’y avait pas de wifi proposé par un quelconque snack. Nous ne nous sommes pas arrêtés au village d’Apataki (mais directement au sud de l’atoll), mais vu sa taille, je ne pense pas non plus qu’il y avait un bar/snack avec wifi…

A Fakarava, plus grand et plus touristique, on trouve quelques solutions. D’abord à la passe sud, au Tetamanu Village, où il faut quand même débourser 500 Fr pour un code internet de 300 Mo. Pas le choix, on avait des mails à vérifier. Autant dire que les méga s’envolent à toute vitesse et que c’est bien cher payé…

Ensuite, au Pakokota Yacht Services, position GPS : 16°13.127 S, 145°33.413 W, au milieu de la côte nord-est de l’atoll, on peut aussi avoir un code internet de 300 Mo mais gratuit cette fois-ci (un par jour et par personne). Si on veut plus de données, il faut payer et je ne me souviens plus des tarifs. L’un des avantages de ce lieu est que si on arrive à prendre une bouée, on capte normalement le wifi directement sur le bateau ! Malheureusement, toutes les bouées étaient occupées lors de notre passage et sur ancre, on était trop loin pour le signal…

La meilleure solution reste le village de Rotoava au nord, avec le Fakarava Yacht Services, position GPS : 16°04.0972 S, 145°36.5258 W. Enfin un endroit sympa pour s’installer et profiter d’un wifi qui marche à fond ! Créé par une famille française très sympathique, le lieu est charmant. On se pose sur une terrasse ombragée avec canapés confortables, on peut consommer une boisson pour 250 Fr et avoir accès au wifi sans limite de temps, de données ou de nombre d’appareils. Autant dire qu’on y a passé pas mal d’après-midi sur place !

Notre dernier atoll fut Rangiroa, où nous avons mouillé notamment près de la passe de Tiputa et du village du même nom. On trouve du wifi dans les deux snacks (Chez Lili par exemple) présents sur le quai de débarquement. Mais il n’est vraiment pas très performant, même pas pour envoyer des mails… On n’est pas allé sur le village d’Avatoru pour voir s’il y avait des possibilités.

 

Wifi dans l’archipel de la Société

 

On nous avait prévenu, c’est compliqué de trouver du bon wifi, voire même du wifi tout court, dans les Îles de la Société. Étrange me direz-vous, il devrait y avoir plus de restaurants/snacks… Mais malheureusement, soit ils n’ont pas de connexion, soit ça fonctionne si mal qu’on a juste envie de s’arracher les cheveux !

Note : C’est pourquoi nous n’avons pas hésité bien longtemps avant d’opter pour un forfait local, on vous explique tout ci-dessous. On vous décrit quand même les lieux où nous avons vu qu’il y avait (ou pas) du wifi, mais on avoue qu’on ne s’est pas trop fatigué non plus à en chercher du coup…

Cet article évoluera au fur et à mesure, nous n’avons pas encore tout visité.

 

Tahiti

Le wifi de la marina Taina fonctionne à merveille, sans doute pour l’instant le meilleure de ceux que nous avons testé de la Société. Seul souci, officiellement, il faut être client de la marina (donc avoir son bateau au ponton) pour avoir le code. Comme on préfère bien évidemment rester au maximum sur ancre, on s’est débrouillé pour demander le code à d’autres, en passant:) Il change normalement une fois par semaine. Mais quand vous l’avez, profitez-en ! Vous pouvez vous installer même à l’ombre sur les tables à l’étage de la capitainerie, que demander de plus franchement !

Le code du wifi du restaurant Casa Bianca sur la marina Taina vous est donné contre une consommation. Bon, moi je l’ai obtenu puis ils ont oublié de revenir prendre ma commande, donc finalement ce fut gratuit. Heureusement car il fonctionne très mal ! Impossible de faire quoi que ce soit de décent avec ça.

On trouve du wifi gratuit dans la galerie commerciale du Carrefour de Punaauia. On se connecte en ligne à un Hotspot, au plus fort devant la pharmacie. Il est suffisant pour les mails et les réseaux sociaux mais je doute qu’il fonctionne avec un ordinateur.

Enfin, on a essayé le wifi (encore gratuit donc pratique) au pied de la mairie de Punaauia. On peut rester à l’ombre des arbres devant l’entrée, par contre, il n’est pas très performant quand on utilise un ordinateur. Mais ça peut bien dépanner quand même.

 

Raiatea

Nous avons essayé de trouver du wifi dans le Chantier Naval des Îles Sous le Vent puis dans la marina Apooiti (assez loin à pied du chantier d’ailleurs par la route). Peine perdue, il n’y en a pas. Il faut acheter une carte internet chère à la capitainerie ou au chantier, mais comme nous avions déjà notre forfait (voir ci-dessous), on ne l’a pas fait.

Il y a un hot spot gratuit dans la ville d’Uturoa, sous le porche de la Gare Maritime. On peut notamment s’y connecter et s’installer à la boulangerie/salon de thé. Mais bon, il fonctionne à peine pour les réseaux sociaux, alors ne comptez pas faire grand-chose avec ça…

Bora Bora

Il y a un wifi gratuit dans l’Office du Tourisme, au village principal de Vaitape. Pas performant du tout mais peu dépanner.

Maupiti

Il n’y a de wifi dans le snack principal du village de Petei.

 

Obtenir un numéro local et des minutes pour appeler

 

Au Marquises, à l’OPT (La Poste ici), nous avons acheté une carte prépayée Vini, la Vinicard Classic, pour téléphoner localement et envoyer des SMS. On vous en dit plus ci-dessous dans la section « S’abonner à un forfait local ».

 

Data internet sur une carte prépayée (donc sans abonnement)

Il y a plusieurs hot spots Vini (payants) auxquels on peut se connecter à internet. Ces hot spots se situent en général devant les OPT. Il suffit d’acheter justement une carte à l’OPT. Elle fonctionnera pour la Polynésie française toute entière. Le problème, ce sont les tarifs, carrément prohibitifs…

Au Tuamotu, à l’OPT de Makemo, nous avons acheté une carte Vinispot – spécial internet. On avait choisi la version 5h de connexion pour 1980 Fr. On peut aussi choisir 1h seulement (480 Fr) ou 10h (dans les 3000 Fr). Ça reste bien cher, on se croirait revenu à l’âge de pierre par rapport aux offres en métropole…

Il faut se connecter au wifi Vinispot, disponible seulement autour du bâtiment de l’OPT. Mais le réseau n’est pas puissant. En fonction du nombre de personnes connectées, ça peut être très lent et fastidieux. Ça dépanne quand on veut envoyer quelques nouvelles ! Tant qu’il y a un village, il y aura une OPT pour y acheter une carte.

Note : On peut acheter des recharges de ces cartes Vinispot à l’OPT. Sinon, on peut recharger en ligne.

 

S’abonner à un forfait internet local

On a sauté le pas ! Eh oui, nous avons besoin d’une connexion régulière afin de surveiller la météo, comme on compte rester dans les îles de la Société pendant la saison cyclonique. Et même si c’est très cher (comparé à la France surtout), ça reste toujours plus économique qu’un téléphone satellite.

 

Quel opérateur ?

Bon, pas compliqué, il n’y a que deux opérateurs en Polynésie française : Vodafone ou Vini. Vodafone fonctionne mieux sur les îles du Vent (Tahiti – Moorea) mais Vini est le seul à couvrir l’intégralité des îles de la Société. Et les autres archipels également, on l’a bien vu aux Tuamotu et Marquises, mais il couvre aussi les Australes et Gambiers.

Chez Vini, la 4G est présente partout dans les îles de la Société et elle fonctionne super bien ! Rien à redire, tout est instantané. Mêm à Maupiti où ils l’ont installé pendant qu’on était là-bas en novembre 2019, une aubaine !

Note : Ce n’est pas de la 4G mais de la 3G à Tetiaroa et sur la presqu’île de Tahiti apparemment.

 

Quel forfait internet ? Un forfait téléphone aussi ?

Donc on opte pour Vini. Au niveau des offres, plusieurs choix sont possibles. Un abonnement avec engagement ? Un forfait téléphone en plus des data ? Après moult comparaisons et en fonction de nos besoins, nous avons choisi de nous abonner à un forfait Internet Mobile ONLY : 2 Go/mois pour 2500 Fr par mois. Attention, ce ne sont donc que des data internet, pas possible de téléphoner. Et on est engagé sur 12 mois.

Note : Il existe dans ce forfait une formule à 1 Go, 5 Go ou 10 Go et on peut switcher de l’un à l’autre sous conditions. Sinon, plus simple si on en a vraiment besoin, on peut ajouter en fin de mois un Pass+500 Mo pour 1000 Fr par exemple (il existe aussi un Pass+1Go et un Pass+2Go) qu’on achète en ligne ou en boutique.

Pour le téléphone, on avait quand même besoin d’un numéro local (toujours utile quand on est ici longtemps). Mais les packs téléphone + internet étaient moins avantageux, surtout que n’avons pas besoin de tant de minutes que ça.

Donc on a racheté une carte prépayée Vini, la Vinicard Classic (comme aux Marquises mais malheureusement, celle-là avait expiré). On obtient donc une carte SIM, un numéro local, 30 min d’appels et 20 SMS pour 850 Fr. On peut ensuite la recharger, par exemple avec 500 Fr pour avoir environ 20 min d’appels ou 50 SMS.

Note : Il y a d’autres recharges plus élevées disponibles, 1000 et 2000 Fr. La carte SIM est valide 3 mois (donc le numéro aussi), le premier forfait de 850 Fr valide 1 mois et la recharge à 500 Fr valide 15 jours. Mais la recharge réactive le numéro 3 mois de plus, pratique. Par contre, ne pensez pas appeler en métropole, là tout partira trop vite !

 

Au fait, comment l’obtenir ce forfait ?

On est quand même en territoire français, rappelons-le, les amoureux de l’administratif. Il faut donc posséder un justificatif de domicile pour pouvoir obtenir le précieux forfait.

Or, on vit sur un bateau ! On ne voyait pas trop comment faire, à moins de demander à quelqu’un vivant sur Tahiti de nous faire une attestation d’hébergement et de fournir lui un justificatif de domicile… Ce qu’on a failli faire et que beaucoup font en fait.

Beaucoup plus simple ! Il suffit de demander à la marina Taina, à la capitainerie, qu’ils nous fassent une attestation comme quoi l’un de nous au moins, nom/prénom, vit bien ici ! Même sur ancre devant la marina, ils veulent bien. Et ça fonctionne auprès de la boutique Vini, plutôt efficace non ?

 

Mais il faut un RIB et un compte local, non ?

Eh bien non, pas besoin non plus. On n’a pas de prélèvement. Chaque mois, on doit aller payer directement à l’OPT (peut importe laquelle, l’avantage c’est qu’il y en a partout) les 2500 Fr du mois précédent. Normalement, c’est à chaque fin de mois et on reçoit de toute manière un SMS nous indiquant de le faire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *