Guadeloupe – Formalités administratives (en bateau) et réseau téléphonique/internet

Pavillon français à l'arrière de Manwë.
Entrée

Après la Dominique et avant l’île principale de la Guadeloupe, il y a un petit archipel immanquable sur le trajet : Les Saintes. Destination paradisiaque, toujours (ou presque) ensoleillée, où il règne un air de vacances en permanence. Impossible pour nous de ne pas s’y arrêter ! Mais il faut aussi faire son entrée en Guadeloupe… De même que pour la Martinique, les voiliers français ne sont pas exemptés de la paperasse.

Heureusement, il est tout à fait possible de faire sa clearance d’entrée aux Saintes ! Au village de Terre de Haut bien sûr (il n’y a de toute façon pas grand-chose à Terre de Bas). On peut accoster au ponton à annexe non loin de l’Anse Mire (c’est là que nous avions pris une bouée, sur la gauche du village). Ensuite, il faut se rendre au bureau des Saintes Multiservices (L.S.M.) à droite de la place du débarcadère des navettes, qui fait aussi office de cyber-café. Il ouvre à 9h le matin et mieux vaut y aller dans la matinée, tout semble bien fermé l’après-midi sur l’île ! Il ne faudrait pas négliger l’heure de la sieste:)

Des ordinateurs sont donc à disposition pour faire sa clearance (informatisée comme dans les autres Antilles françaises) ou pour profiter du Wifi. Ce dernier est payant par contre et pas donné : 3€ la 1/2 heure ou 5€ l’heure ! Les tarifs des bouées de l’archipel sont également affichés. Pour information, pour notre bateau d’une longueur de 11,5 m, nous avions payé 10€ par jour.

Une fois la clearance remplie et imprimée, il faut se délester de 2€ et tout est ok. Il s’agit de frais administratifs liés à ce bureau précis et pas à l’entrée en Guadeloupe à proprement dit. Il est fort possible que ce soit gratuit à d’autres endroits sur l’île.

 

Sortie

Nous avons fait notre sortie de territoire de Guadeloupe dans la petite ville de Deshaies, au nord-ouest de Basse-Terre. Point de départ principal vers les îles plus au nord, on peut donc y faire ses papiers de sortie sans souci. Nous sommes allés voir la police (un restaurant propose également ce service je crois mais c’est payant), qui se trouve face à l’hôtel de ville. Il n’y a que deux rues dans le bourg de Deshaies, impossible de se tromper. On remplit comme d’habitude le formulaire sur ordinateur, on imprime, le policier tamponne et le tour est joué ! C’était rapide, simple et gratuit:)

Maintenant, direction Antigua, où on nous a prévenu par contre qu’ils étaient un peu plus embêtants en terme de formalités…

Comment utilise-t-on internet en Guadeloupe ?

Eh bien, comme en Martinique, à vrai dire. C’est-à-dire avec nos forfaits français habituels que nous avons gardé jusqu’ici. Damien est chez SFR et il paye chaque mois 4,99€ ce qui est plutôt avantageux. On compte garder je pense son forfait sur le long terme, même si pendant un bon moment, on ne retrouvera pas d’îles françaises sur la suite du trajet. Son réseau fonctionnait plutôt bien en Guadeloupe.

De mon côté, je suis actuellement chez Free. J’avais une offre d’un an, également à 4,99€. Seulement, elle est repassée récemment à 19,99€ ce qui commence à faire cher par mois comme dépense. Je vais garder ce forfait jusqu’à la fin de notre périple dans les Petites Antilles (nous aimerions passé à Saint Barth et à Saint Martin) mais je le changerais ou l’annulerais sans doute par la suite. Quoi que comparé aux tarifs que nous avons entendu de ci de là proposés par Digicel dans la zone des Petites Antilles, mon forfait reste avantageux. J’ai en effet 25 Go de data par mois, ce qui n’est pas négligeable. Comme Free n’est pas encore installé sur les Antilles françaises, je passais automatiquement par le réseau d’Orange, ce qui fonctionnait plutôt bien, sur l’île principale, aux Saintes comme à Marie-Galante.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *