Guadeloupe, entre rencontres et retrouvailles, à la découverte de Grande-Terre

Sur les hauteurs de la Pointe des Châteaux, dominant la Grande-Terre.

On avait prévu de rester un bon mois dans les environs de la Guadeloupe, pour se donner les moyens de profiter un maximum de tout ce que l’archipel a à offrir. Après une semaine aux Saintes, deux jours à Petite Terre, trois sur Marie-Galante, il est temps de poser le pied sur la grande île.

Note : Nous n’allons pas faire la Désirade tout simplement parce qu’il n’y a pas de mouillage approprié pour les voiliers.

En fait, la Guadeloupe, ce n’est pas une seule île mais deux reliées entre elles par des ponts, au niveau de la capitale, Pointe-à-Pitre. L’étroit bras de mer qui les sépare se nomme la Rivière Salée. Ensemble, les deux îles ressemblent aux ailes d’un papillon. Elles ne se sont même pas formées au même moment ! Grande-Terre, à l’est, provient de la formation d’un premier arc antillais il y a de nombreux millions années. Celui qui a donné naissance également aux îles des Petites Antilles telles que Antigua & Barbuda, Anguilla… Plate, érodée par le temps, à dominante calcaire, elle est plus sèche que sa sœur mais il y fait souvent plus beau.

Basse-Terre, à l’ouest, est plus « récente ». Elle date d’un second arc sismique et volcanique qui lui est à l’origine des îles comme la Dominique, Saint Vincent… A dominante volcanique, recouverte principalement de forêt tropicale, Basse-Terre comporte les plus hauts sommets de la Guadeloupe, comme le volcan de La Soufrière qui culmine à 1467 m. C’est la plus haute altitude des Petites Antilles !

Morgane, la sœur de Damien, vit à Petit-Bourg sur Basse-Terre depuis un an et demi environ. Elle est pharmacienne à l’hôpital de Pointe-à-Pitre. Grâce à elle, à ses conseils (elle connaît désormais l’île comme sa poche) mais aussi à sa voiture qu’elle a pu nous prêter, nous avons sillonné l’île le plus possible pour en découvrir ses multiples facettes !

Note : Nous sommes restés un bon moment mouillés devant l’îlet du Gosier. C’est super pratique pour débarquer en annexe (digue avec ponton flottant) et pour y garer la voiture (parking au-dessus de la digue).

Mouillage devant l'îlet du Gosier, en Guadeloupe.

Pas grand-chose sur l’îlet mais c’est mignon. On l’a rejoint à la nage une aprem pour paresser sur le sable!

 

Côte sud de Grande-Terre

Première petite virée en voiture tous les trois, sur Grande-Terre. Morgane nous emmène le long des plages et des villes de la côte sud. Un stop à Sainte Anne pour y faire quelques boutiques, tout comme sur la marina de Saint François. Bon, on est dimanche alors la majorité des magasins sont fermés…

On passe l’immense golf de Saint François et on continue notre route vers la pointe est de l’île. Nommée la Pointe des Châteaux, on la parcourt à pied après avoir laissé la voiture en amont. La vue est superbe ! Les falaises blanches et les rochers sont balayés par les vagues de l’océan. Leur couleur immaculée se détache du bleu profond de l’eau. Par ce temps radieux, on a une magnifique visibilité sur toutes les îles aux alentours ! Déjà, en montant au sommet de la pointe, c’est un immense point de vue sur Grande-Terre qui s’offre à nous. On aperçoit ensuite au loin le relief élevé de Basse-Terre, l’archipel des Saintes, l’île plate de Marie-Galante, celle plus abrupte de la Désirade et même les îlots de Petite-Terre.

Au bout du bout de la Guadeloupe, à la Pointe des Châteaux.La belle pointe des châteaux à l'extrémité est de la Guadeloupe.

On voit la Désirade au loin !

Damien et Anaïs au sommet de la Pointe des Châteaux en Guadeloupe.Dominant la Grande-Terre toute entière…

Au sommet de la Pointe des Châteaux en Guadeloupe, avec un point de vue sur Marie-Galante et les îles aux alentours.

 

Dégustation de rhum (encore!)

 

Un autre périple en voiture un jour suivant nous emmène Damien et moi faire le tour du reste de Grande-Terre. On passe par le Moule sur la côte est mais la ville offre peu d’intérêt. A part quand on voit le panneau « Distillerie Damoiseau » ! On ne résiste pas à aller déguster à nouveau un peu de rhum:) Les dimensions de l’usine n’ont rien à voir avec les petites fabriques de Marie-Galante… Même si comme là-bas, on peut déambuler à l’intérieur comme on veut pour visiter, profitant en plus que la distillerie est désormais en service (la saison a reprise). Une bonne dizaine de cuves à fermentation et de colonnes à distiller se partagent l’espace, travaillant sans relâche à produire le rhum Damoiseau. Dommage pour la dégustation par contre, comme il y a une grande boutique de souvenirs à gérer en même temps, on ne nous conseille pas beaucoup…

 

Pointe nord de Grande-Terre et coucher de soleil

 

Retour à la voiture, direction le nord de l’île. Morgane nous a conseillé d’aller admirer la vue depuis la pointe nord, la Pointe de la Grande Vigie. On s’arrête rapidement à la Porte d’Enfer, une passe dans les falaises où l’eau s’engouffre pour créer une petite plage de sable. L’endroit est joli et heureusement, les sargasses n’ont pas encore envahi la plage. Elles se retrouvent bloquées à l’entrée de la Porte d’Enfer. Maudites sargasses, une vague énorme s’est déversée il y a peu sur la Pointe des Châteaux et le long de la côte sud !

La Porte d'Enfer, passe dans les falaises sur la côte est de la Guadeloupe. Sargasses sur les côtes du Gosier en Guadeloupe.

Pour donner un exemple, voici toutes les sargasses qui sont arrivées un beau matin devant les plages du Gosier !

Il est trop tard pour se lancer dans la randonnée vers le Trou du Souffleur, qui longe les hautes falaises au dessus de l’océan. Ce sera peut-être pour une prochaine fois !

On arrive au niveau de l’extrémité nord de Grande-Terre. Quelques minutes à pied depuis le parking et nous sommes sur la Pointe de la Grande Vigie. Un beau point de vue sur les falaises de la côte est et un coucher de soleil prometteur sur l’eau de l’autre côté ! On ne s’attarde pas, préférant l’admirer depuis une plage sur la côte ouest. C’est à Port Louis que nous nous arrêterons brièvement pour profiter des belles couleurs du ciel. Le soleil se couche au nord de Basse-Terre, on a une visibilité parfaite !

Les falaises de la côte est guadeloupéenne, depuis la Pointe de la Grande Vigie.

Les falaises de la côte nord-est de Grande-Terre, depuis la Pointe de la Grande Vigie.

Coucher de soleil à Port Louis, sur la côte ouest de Grande Terre en Guadeloupe.

 

Achats techniques et centres commerciaux

 

Avoir la voiture nous a permis de faire quelques achats techniques. Eh oui, le bateau demande toujours autant d’attention, même quand on ne l’utilise pas tous les jours ! Rien de bien grave, quelques bricoles par ci, par là, pour améliorer le confort du bord ou finir des travaux commencés depuis un moment.

La Guadeloupe est moins réputée que la Martinique pour ses shipchandlers. Le Marin sur l’île voisine est en effet une véritable zone où on peut tout acheter (à tous les prix aussi…). Mais sur la Marina de Bas du Fort, près de Pointe-à-Pitre, on en trouve quand même quelques uns. Deux trois bricoles plus tard (dont un nouveau pavillon français car le nôtre battait sérieusement de l’aile), on se retrouve ensuite dans la grande zone commerciale de Destreland. Un paradis pour moi toujours en manque de magasins ! On repère nos enseignes préférées au cœur de l’immense centre commercial (on se demande qui aime quoi^^) : Décathlon, Mr Bricolage, Promod, Quicksilver et beaucoup d’autres. Ah Décathlon, ça, c’est quand même notre petit chouchou ! Moins fourni qu’en Martinique, on y trouve quand même notre bonheur, comme à chaque fois.

Note : Il y a aussi une FNAC sur l’île ! Mais bon, c’est un peu de la rigolade, pas plus grande que celles dans les halls des gares parisiennes…

Grâce à la voiture, on pourra aussi faire de gros avitaillements, en prévision en plus des îles plus au nord, qui sont soit plus chères, comme Saint Barth ou Antigua, soit ne proposent pas grand-chose…

Enfin, notre escale de plusieurs jours au Gosier a le mérite de nous permettre de faire réviser notre survie. Nous la déposerons à Petit-Bourg, dans une entreprise nommée Espace Océan, où on a pu obtenir un rendez-vous. On la récupérera ensuite deux jours plus tard, comme neuve ! Evidemment, tout ceci a un coût… Il y a un forfait main d’oeuvre (environ 300 €) et 300 € de plus pour le matériel périmé qui doit être changé (pyrotechnie principalement, piles, etc.) à chaque fois. C’est le même prix pour tout le monde mais 600€ ça fait un petit trou dans notre budget quand même ^^ Après, on est bien content de savoir que notre survie est opérationnelle, si jamais (et on ne l’espère pas) la situation l’exige en cas de gros pépin…

 

Retrouvailles et rencontres sur l’île, entre famille et amis

 

La Guadeloupe et ses îles aura été très propice à retrouver des connaissances rencontrées pendant le voyage mais aussi des proches. On en a passé des apéros sur des bateaux ici:) Profiter aussi de villas à terre ou encore de sorties dans les bars guadeloupéens.

Tout d’abord, c’est bien sûr Morgane, comme nous l’avons déjà dit, qui nous a accueilli à bras ouverts dans sa belle villa au-dessus de Petit-Bourg. La sœur de Damien y habite avec trois colocs (et son petit chat trop mignon!). Quel bonheur de retrouver les avantages d’une vraie maison ! En dehors des aspects pratiques (merci pour les lessives et les douches chaudes!), c’est la piscine à débordement qui nous faisait rêver, ainsi que le canapé confortable devant l’immense télévision du salon ou encore le barbecue dans le jardin. On y passera une nuit seulement, on abandonne pas notre bateau si facilement non plus, le pauvre !

Piscine à débordement de la villa de la soeur de Damien en Guadeloupe.

On est pas bien là ?

Morgane nous aura emmené pas mal de fois profiter de la vie nocturne guadeloupéenne. Bars sur la plage de la Datcha (la plage du Gosier, au moins, c’est pas loin pour notre retour au bateau), sorties sur la Marina de Bas du Fort, verres à la Lézarde, la brasserie artisanale au-dessus de chez elle, vers Petit-Bourg… Sans oublier un concert de jazz super sympa dans un petit restaurant du Gosier!:)

Note : Bon tout ceci, il faut l’avouer, sort un peu de notre budget habituel… Surtout que les prix au bar avoisinent souvent les tarifs parisiens, voire plus parfois ! Mais il faut bien s’amuser de temps en temps, et quand on sort avec des personnes qui eux gagnent (encore) leur vie, c’est sûr qu’il faut pouvoir suivre. On ne regrette pas, on fera plus attention sur les îles suivantes !

En parlant de la marina, on y retrouvera également Vitavi, une petite famille avec Florian, Stéphanie et leur deux enfants que nous avions croisé au Cap-Vert avant la transatlantique. On les recroise alors qu’eux prépare leur transat retour justement. Nous ferons ensuite la connaissance de Tangara, un couple qui vit au port sur leur ketch depuis 3 ans. Alex, Mel et leur petit bébé Manoa avaient déjà fait un périple d’un an avant de venir travailler en Guadeloupe. Ils aspirent désormais à repartir, pour passer dans le Pacifique, comme nous !

En ce qui concerne la famille, nous avons pu aussi aller rendre visite au grand-oncle de Damien et à sa grand-tante, Pierre et Jeannick, qui vivent au nord de Deshaies. Là aussi, leur maison en bois est magnifique, ouverte sur une belle terrasse et sur une grande piscine bordée de cocotiers. Au calme derrière les plages, l’endroit est propice à la détente ! Merci pour cet accueil qu’on n’oubliera pas de sitôt, avec plein de choses délicieuses à manger, produits locaux et gâteaux maisons !

Dans la piscine de la belle villa du grand-oncle de Damien à Deshaies.

Et au mouillage ?

C’est aux Saintes principalement que nous avons partagé de très bons moments avec d’autres équipages, comme Saturnin, Abana ou encore Tabernac. Ici, mouillés au Gosier, nous avons pu croisé Mystic Blue en coup de vent. Charles et Amandine à bord étaient accompagnés d’amis pour plusieurs jours. On verra si on peut retrouver encore du monde lors de notre remontée de la côte sous le vent, c’est tellement sympa de partager nos expériences !

4 commentaires

  1. Bonjour, on vous a vu en Dominique la semaine dernière. Nous étions intrigués par ce joli dessin de « mouvement colibri »! Si vous nous avez vu, nous étions le Gin Fizz vert pomme Ekolibri, engagé dans un tour du monde zéro-déchet 🙂
    Nous sommes maintenant vers Saint Anne en Guadeloupe.

    @Equipage Manwé: sympa vos récits et infos sur les mouillage ;)! J’y jette un depuis quelques temps car nous étions passé en coup de vent en Guadeloupe à l’aller et jamais aux Grenadines. Dommage qu’on ai pas pu se croiser aux antilles!

    1. Merci c’est cool si ça peut vous aider ! Oui c’est dommage qu’on ne se soit pas croisé… Il fallait arriver plus tôt aux Antilles ^^ Bonne continuation en tout cas !

  2. Nous suivons vos aventures depuis le début ,quittons St Martin demain, serons entre St barth, antigua et la Guadeloupe pour les 3 semaines à venir.
    Vos infos sont précieuses.
    Espérons bien vous rencontrer bientôt.
    Mimi et PY sur  » chaveta » RM 13,5. Bateau gris foncé avec un colibri vert à l’ avant sur les 2 côtés de la coque, mat noir.
    Bonnes navigations

    1. Bonjour Michele, merci beaucoup de nous suivre ! 🙂 ça nous fait plaisir ! Oui, je pense qu’on pourra se croiser. Nous quittons la Guadeloupe vers le 10 avril pour Antigua, puis Barbuda, ensuite on remonte encore les îles, Saint Barth, Saint Martin… Donc on aura le temps de se voir !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :