Bora Bora, découverte de la « Perle du Pacifique »

Bora Bora qui s'approche à l'horizon, dans les îles de la Société.

Nous venons de terminer nos vacances en compagnie de mes parents, venus à bord pour une petite quinzaine de jours. Après les avoir laissé à l’aéroport de l’île de Raiatea, nous filons désormais à deux vers Bora Bora, cette escale tant rêvée et idéalisée dans le monde entier, exemple parfait des paysages paradisiaques, étape incontournable des lunes de miel. Ressentira-t-on le luxe et la beauté de cette île depuis notre petit voilier ?

 

Courte navigation depuis le double lagon de Raiatea-Taha’a

 

La passe Paipai dans le double lagon de Taha'a et Raiatea.
La passe Paipai avec au loin l’île de Raiatea.
Vagues et rouleaux déferlant sur la passe Paipai à Taha'a.
Ça peut paraître impressionnant ces rouleaux qui déferlent sur le platier, mais si on reste bien au centre de la passe pour sortir, entre les perches, pas de souci !

Nous quittons le lagon par la passe Paipai, au sud-ouest de l’île de Taha’a. Nous voici en pleine mer, avec un vent modéré mais suffisant pour nous faire avancer sous voiles. Un vrai bonheur après de nombreuses navigations au moteur ces derniers temps. Une dizaine de milles nous séparent à vol d’oiseau de Bora Bora mais on aperçoit déjà bien la montagne solitaire au loin.

Vue sur Bora Bora au loin depuis Taha'a et Raiatea, avant notre navigation.

On est tout excités, à nous toutes les belles promesses de la « Perle du Pacifique ! Car c’est bien son surnom dans les guides touristiques. Bora Bora, rien que son propre nom en fait rêver plus d’un ! Elle a eu de nombreux autres noms au cours de son histoire, comme beaucoup d’autres îles polynésiennes. Elle était appelée autrefois Mai Te Pora, ce qui signifie « surgie des ténèbres », « créée par les Dieux », « première née ». D’après les légendes locales, elle fut en effet la première à être tirée des eaux, par le dieu suprême Taaroa.

Mai Te Pora devint au fil du temps Pora, Popora puis Pora Pora. Nous avions appris aux Marquises, par un guide lors d’une excursion à Nuku Hiva, que le B n’existe pas en tahitien, ni en marquisien. Ce sont les premiers explorateurs, notamment le capitaine Cook, qui auraient confondu le son du P en tahitien avec le son B et qui auraient ainsi nommé l’île Bora Bora.

 

Un véritable engouement pour cette île…mais pas par tous !

On lui attribue le titre de plus beau lagon du monde, de plus belle île du monde, etc.

Nous, on reste un peu sceptiques. On a très envie d’aller la voir, hors de question de ne pas l’inclure dans notre périple à la voile à travers la Polynésie française. Mais la communauté des voiliers n’en rapporte pas que des avantages. Alors que les touristes par avion, notamment les jeunes mariés en lune de miel, l’intègrent obligatoirement dans leur séjour, certains plaisanciers ont tendance à l’éviter, s’y arrêtant brièvement pour ceux qui ont seulement un visa de 3 mois sur place (les étrangers hors Europe), voire pas du tout pour les plus extrêmes.

Alors comment peut-elle autant appréciée et décriée en même temps ?

Car la réglementation en matière de mouillage y serait devenue bien stricte ! Les espaces dédiés aux voiliers ont tendance à se réduire de plus en plus, surtout dans l’archipel de la Société. A Bora Bora, le luxe appelle le luxe, tout devient payant, même pour les bateaux. L’île veut récupérer de l’argent sur sur les nombreuses allées et venues de charters. C’est pourquoi des bouées ont été installées dans les zones propices. Elles coûtent 3000 Fr la nuit, rien que ça !

Francis, le responsable de ces bouées, patrouille régulièrement apparemment. Quant aux mouillages sur son ancre, ils seraient autorisé d’y rester seulement 24 h par mouillage et en tout, 7 jours sur l’île toute entière ! Ça fait court. Comme ça change tout le temps (on a l’impression en tout cas) et que ce n’est pas encore très clair toutes ses règles et leurs mises en pratique, mieux vaut se renseigner en amont et regarder par exemple les récents arrêtés municipaux. On ne s’est jamais fait embêter au final, même sur ancre. Peut-être que les règles ne sont pas encore officiellement mises en place. Ou qu’on a eu beaucoup de chance…

 

Arrivée par l’unique passe Teavanui

 

L’immense lagon de Bora Bora ne dispose que d’une seule passe, située à l’ouest de l’île. Pas très pratique en venant de Raiatea car il faut faire tout le tour de la barrière par le sud ou par le nord. Ce qui rajoute bien 10 milles. En tout, nous avons en effet parcouru 20 milles depuis Raiatea.

Mais au moins, cette passe est large et très facile à prendre. On entre dans le lagon après 4 à 5 heures de navigation en haute mer. La vue sur l’île est déjà bien jolie mais le temps se couvre, on ne pourra pas bénéficier de jolis clichés dès notre arrivée. On bifurque aussitôt à droite après la passe (vers le sud) pour aller mouiller à l’ouest du motu Toopua.

Note : Attention, il faut suivre un petit chenal balisé qui slalome entre des hauts-fonds avant d’arrivée sur un vaste plateau qui oscille entre 2 et 10 m de profondeur.

Vue satellite de l'île de Bora Bora, avec notre trace.
Vue satellite de l’île et de son lagon, avec notre trace en voilier.

A l'ouest du motu Toopua, au mouillage.

Le sommet de l’île principale disparaît bien vite derrière ce motu Toopua au fur et à mesure que nous avançons derrière. Et pour cause, il est lui-même bien haut ! En fait, ce n’est pas un motu comme on a l’habitude de voir. Ceux que nous connaissons sont de simples îlots de sable et de corail accumulés sur le récif-barrière autour du lagon.

 

Alors, d’où vient-il ce motu étrange ?

C’est en fait un véritable morceau de l’île originelle. Un caillou volcanique séparé de l’île principale depuis fort longtemps. Il n’est d’ailleurs pas posé sur la barrière mais bien dans le lagon !

Bora Bora est âgée de 2,4 à 3,4 millions d’années. Ce n’est plus vraiment une île haute, à l’image de Tahiti ou Moorea, mais pas encore un atoll. On peut la caractériser comme un « presqu’atoll », comme sa voisine, la petite Maupiti à l’ouest.

Lors de l’enfoncement et de l’érosion de son volcan initial, la caldeira, centrée sur la ville de Vaitape, s’est en quelque sorte noyée. Il n’en reste qu’une partie émergée, passant par les hauts sommets Pahia et Otemanu (qui forment le fameux pic de l’île) mais également par le morceau d’île Toopua, devenu désormais un îlot à part entière. Entre les deux, le lagon a rempli l’espace peu à peu, à environ une trentaine de mètres de profondeur.

Allez voir notre post « Arrivée sur l’île de Tahiti – Les aspects pratiques autour de la marina Taina » pour tout savoir sur la formation des îles polynésiennes.

 

Mouillage à l’ouest du motu Toopua

 

Il reste donc un espace immense de lagon entre cet îlot et la barrière de corail plus à l’ouest. Pourtant, il est déjà parsemé de multiples bouées (mais on s’y attendait). Certaines sont d’ailleurs déjà prises par des catamarans de locations. On arrive à se dénicher un endroit où jeter l’ancre, dans 7 m de fond. On ne se sent pas vraiment à notre place, tentant de repérer d’autres monocoques en voyage comme nous. Ah, en voilà un au loin, on ne sera pas les seuls sur ancre au moins !

Note : Étant donné la réglementation locale des mouillages, on ne sait pas exactement si on a bien le droit de s’ancrer ici, si on peut y rester longtemps, si on est obligé de prendre une bouée, etc. Bref, on ne démarre pas notre séjour le plus sereinement possible. Au final, on restera peu de temps dans ce mouillage et personne ne viendra nous dire quoi que soit.

Le lendemain matin, le balai des excursions commence très tôt autour de nous ! Transferts de touristes de l’aéroport vers les hôtels, sorties lagon, sorties snorkeling, il y en a pour tout le monde. On repère un attroupement de canots à moteur non loin de notre bateau, dans le bleu foncé du lagon. Il doit y avoir quelque chose à voir sous l’eau !

Aussitôt, nous chaussons palmes, masques et tubas pour rejoindre ces nageurs. On n’est pas déçu du déplacement car on aperçoit rapidement un bonne trentaine de raies léopards au fond de l’eau ! J’adore cette espèce de raies, au museau prononcé, aux ailes bleues foncées et tachetées de petits points blancs, comme des bijoux. Je les trouve tellement belles, tellement gracieuses. Je savais qu’il était possible d’en voir plusieurs en essaim comme ça, mais pas que ça nous arriverait !

On s’émerveille devant leur nage silencieuse, avançant lentement, s’envolant parfois vers la surface pour replonger en tournoyant sur elles-mêmes. Même si nous sommes plusieurs touristes à les suivre en surface, l’instant reste incroyable et chargé en émotions.

Ça me réconcilie avec ce mouillage ! Car il est joli certes, mais pas non plus incroyable. Au final, on ne voit pas l’île principale d’ici. C’est pourtant un peu le but, non ? Cette rencontre me remotive, je suis rassurée de voir que la faune sous-marine est encore présente dans ce lagon. Ce ne sera pas l’unique fois et c’est un grand plaisir ! On vous parle aussi d’un autre spot de snorkeling dans notre post « Bora Bora : mouillages à l’est, tour à terre…et surtout, belle frayeur !« .

 

Snorkeling beaucoup mais alors beaucoup moins naturel…

 

Maintenant que nous sommes en tenue, autant continuer le snorkeling. Nous repérons un autre amas de bateaux vers l’ouest, près de la barrière. On s’y rend en annexe, mais là, c’est plus une déception qu’une bonne surprise… Pour le coup, ça ne manque pas de poissons encore par ici ! Il s’agit en effet d’un « spot raies-requins ». Comme à Moorea où on peut venir nager avec les raies pastenagues et les requins à pointe noire, avec de l’eau jusqu’à la taille.

Ici, sur ce spot à Bora Bora, c’est encore pire qu’à Moorea je trouve. Les nombreux bateaux encerclent une quarantaine de personnes dans l’eau pendant que des guides nourrissent les raies pastenagues, leur donnant à même la bouche des morceaux de poisson cru. Les raies s’agglutinent et s’excitent, affamées, pour le plus grand plaisir de tout le monde. Le feeding est officiellement interdit en Polynésie française mais certains guides ne s’en privent pas, pour le folklore (ils le font également à Moorea sur ce même spot).

Certes, les animaux ne sont pas en cages. Ils sont encore libres d’aller et venir dans le lagon, heureusement, mais ils sont devenus bien conditionnés par ce nourrissage. Je suis surtout apeurée par le nombre impressionnant de requins pointe noire qui tournent autour du groupe. On préfère s’éloigner rapidement de ce spot, un peu dégoûtés par tout cet attroupement.

 

C’est dangereux ou pas, autant de requins pointe noire au même endroit ?

 

A priori non, ils sont inoffensifs envers l’homme. Ils ne nous mangent pas en gros. Mais sur ce genre de spot de feeding, ils tentent aussi de grappiller un petit quelque chose au passage, on ne peut pas leur dire de ne pas venir !

Malheureusement, parfois, ce n’est pas que du poisson. Un cousin à moi, passé à Bora Bora quelques mois plus tard lors d’une escale en paquebot de croisière, nous racontera qu’un touriste de son groupe s’est fait mordre à la main par un requin sur ce même spot ! Le prédateur a certainement confondu l’homme avec le poisson, une erreur bête, mais qui peut vite devenir dramatique. A la fois pour l’homme qui peut être grièvement blessé (dans ce cas précis, la main du touriste fut réparée sans trop de dommage) mais également pour l’animal, qui se verra craint et détesté pour des mauvaises raisons. Eh oui, les accidents arrivent, et quasiment à chaque fois dans des lieux de feeding.

Note : Alors certes, on l’a fait deux fois le « spot raies-requins » au nord de Moorea. Par nous-même, sans nourrir les animaux. Car c’est marrant de voir des raies d’aussi près. Car nous étions avec ma famille, j’avais envie de leur montrer ces étonnantes et belles espèces. Car ça n’arrive pas tous les jours. Mais j’ai conscience que si elles restent dans les parages, si nombreuses, peu farouches des humains, c’est qu’il y a une raison derrière, qu’elles sont habituées.

Aucune raie pastenague croisée ailleurs dans le lagon ne viendrait nous frôler à ce point. On préfère de plus en plus observer les animaux en pleine nature, à l’état sauvage, laissés tranquilles. Sans s’approcher trop près ni déranger. On évolue quoi!

 

Départ du mouillage sous un phénomène météorologique hors du commun

 

On décide de partir à la découverte d’un autre coin de l’île. Nous avions reçu quelques semaines auparavant un message via les réseaux sociaux d’une famille vivant sur leur voilier Phoenix et travaillant à Bora Bora. Ils proposaient qu’on s’y retrouve et qu’on fasse connaissance. On aime toujours autant rencontrer des nouvelles personnes le long de notre voyage ! Que ce soient des plaisanciers comme nous, des touristes en voyage à court terme ou encore des résidents, popa’a et Polynésiens.

Note : Leur voilier est apparemment ancré à l’est. On ne peut pas faire entièrement le tour du lagon en bateau car la pointe sud de Bora Bora, la pointe Matira, est entourée de coraux à trop faible profondeur. Il faut donc opter par un tour par le nord de l’île.

Juste avant de partir, nous remarquons un magnifique phénomène optique juste au-dessus de notre tête : un halo circulaire centré sur le soleil ! Il ressemble fortement à un arc-en-ciel, bien qu’il n’en ait pas toutes les couleurs, arborant juste un trait intérieur rouge tirant sur le orange et un extérieur plutôt blanc. Une vue impressionnante avec ce soleil à la verticale, que je croyais visible seulement depuis les avions. Mais non, ça existe depuis la terre et c’est tout aussi magique !

Halo au-dessus de notre tête à Bora Bora.
Pour la petite explication scientifique, c’est un effet de réfraction ou de réflexion de la lumière du soleil, qui passe à travers une fine couche de cristaux de glace contenue dans un nuage (ici des cirrus ou cirrostratus).

 

Au moteur le long de côte ouest de Bora Bora

 

Nous décidons de contourner le motu Toopua par le sud. Pas de difficulté particulière si on suit le chenal entre les perches rouges et vertes. Le lagon tout entier est bien balisé. Les charters y sont tellement nombreux en même temps, il ne s’agirait pas que l’un d’eux, loué sans skipper, talonne quelque part !

C’est le moment où nous apercevons le premier hôtel de luxe de l’île ! Accroché à la pointe sud du motu Toopua, il s’agit du Conrad Bora Bora Nui. Avec ses bungalows sur pilotis, ses piscines privatives et son accès restreint, il ressemble fortement aux hôtels de ce type déjà croisés sur d’autres îles, comme à Moorea ou à Taha’a.

L'hôtel de luxe Conrad Bora Bora Nui.
Mais ici, la nuit est en moyenne beaucoup plus chère ! Avoisinant les 1500 € ! Et avec ça, on n’aurait même pas les bungalows avec piscine privative…

Il y aurait deux sortes d’hôtels sur l’île. D’un côté, ceux construits à terre, notamment au sud sur la pointe Matira. Ceux là sont plus populaires – si on peut appeler ça populaire, c’est encore bien trop cher pour de simples vacances;) D’un autre côté, ceux installés sur des motu tout autour du lagon, les plus luxueux, proposant un superbe point de vue sur l’île !

Note : On trouve également des pensions sur ces motu, qui semblent être plus intimistes, plus privatisées. Sur les autres îles, loger dans ces pensions de famille revient moins cher mais ici, à Bora Bora, je n’en ai aucune idée !

L'hôtel Conrad Nui à l'ouest de l'île de Bora Bora.
Le Conrad Bora Bora Nui. Je serais curieuse de savoir si ses clients sont tous des jeunes mariés ou non !
Les monts Pahia et Otemanu de Bora Bora.
Derrière le motu Toopua, on découvre enfin les monts Pahia et Otemanu, emblématiques de l’île, qu’on peut voir de très loin à l’horizon.

Nous remontons vers le nord en longeant la côte ouest de l’île principale. Un paquebot de croisière est ancré face à la capitale de l’île, Vaitape. Ils se succèdent en permanence, tous plus énormes les uns que les autres, déversant leur flot de touristes en quête d’un petit moment de paradis.

Nous repérons des mouillages sur bouées ci et là, proches de la côte. Impossible de s’ancrer dans tous les cas par ici, le lagon est bien trop profond. Les bouées sont payantes comme nous l’avons expliqué. Elles ne nous attirent pas plus que ça, on ne voit pas vraiment l’intérêt d’aller s’amarrer en face d’un restaurant bien trop cher pour nous;)

 

Motu, motu, que des motu partout !

 

Au sud et au sud-ouest du lagon, la barrière de corail se confond avec l’océan, le platier est quasiment invisible sous l’eau. Seuls les assauts incessants des vagues de l’extérieur matérialisent le récif. Alors qu’au nord et à l’est, c’est tout le contraire. La barrière est devenue une suite de motu, s’enchaînant les uns après les autres, si proches qu’ils ne semble en former qu’un seul et unique. On ne voit même plus l’océan Pacifique au-delà !

Note : Ces motu sont le résultat d’un relèvement de la barrière de corail au nord-est de l’île, suite à des mouvements tectoniques.

Les plus grands accueillent des hôtels de luxe, les autres des pensions ou quelques rares habitations. Au nord de la passe Teavanui, à l’ouest de Bora Bora, on longe par exemple un grand motu qui abrite l’hôtel Bora Bora Pearl Beach Resort & Spa. Oui, j’ai une passion pour citer les noms complets des hôtels. Ils me font tellement rire, si pompeux et si prestigieux🙂

Puis, on distingue l’aéroport, installé sur le motu Mute au nord du lagon. Le plus long et le plus propice pour une telle construction ! Il paraît qu’on peut mouiller sur le banc de sable qui le borde, et même venir chercher ou déposer des gens en annexe directement sur le quai. Vraiment pratique.

Note : Nous ne testerons pas ce mouillage avec notre bateau, nous n’en avons pas eu l’occasion. Ça semblait suffisamment profond pour nous, environ 2 à 3 m.

 

Passage au nord de l’île, où le luxe apparaît dans toute sa splendeur

 

Au nord de l’île, au large de la pointe Taihi, attention pour les voiliers au trop fort tirant d’eau ! La navigation bifurque au-dessus du banc de sable, via une chicane entre des perches. On passe même à un moment sur une zone de coraux à 2 m de profondeur. La première fois, je n’en mène pas large, surveillant attentivement à l’avant du bateau. Mais finalement, ça passera sans problème à chacun de nos allers et retours par ici.

Note : On ne recommande pas aux voiliers de plus de 2m20 de tirant d’eau de s’aventurer par là… Le nôtre est de 1,65 m. En général, à partir d’1m80 en avançant, on commence à sérieusement prendre nos précautions. Pour mouiller, on préfère rester au minimum à 2 m, voire 1m90 s’il n’y a ni cailloux (ou coraux) ni marnage. Ici, sur la portion de lagon moins profonde, au-dessus du banc, la profondeur oscille entre 2 et 4 m, avec seulement du sable au fond, sans coraux. Pas de problème pour nous donc.

On quitte donc les eaux sombres, bleues foncées, du lagon profond, pour celles plus claires, bleues turquoises voire transparentes, du banc de sable. La différence se fait vive entre ces deux couleurs. C’est là toute la magie de Bora Bora, ses nuances de bleus ! Les vues aériennes, drone, hélicoptère, avion, doivent être majestueuses. Dommage que nous ayons perdu notre drone sous l’eau à Huahine…

Puis, au moment où nous jetons un coup d’œil plus à l’est… on les voit. Ces hôtels, ces bungalows sur pilotis à perte de vue, qui s’enchaînent à l’horizon par centaines.

On s’y attendait, à ce que Bora Bora soit parsemée d’hôtels de luxe. Mais pas à ce point ! On ne voit plus les motu, plus les plages, plus rien. Juste ces mini maisons de bois, aux toits de palmes, avec terrasses surélevées, tournées vers le lagon. Elles ne sont pas laides, loin de là. Rien à voir avec des stations balnéaires arborant des vilaines tours et infrastructures bétonnées au bord de l’eau.

Hôtels de luxe à Bora Bora qui s'étalent sur les motu de l'île.
Depuis l’est du lagon.

Les resorts polynésiens, eux, ne dépassent pas la hauteur des cocotiers et ont même un certain charme. Les logements, comme des cases en matériaux plus ou moins naturels, se veulent discrets, pour se fondre au maximum dans le décor. Mais là, il y en a quand même beaucoup trop, ce n’est plus discret du tout !

La vue majestueuse sur Bora Bora à l'est du lagon.
Au même moment, si on tourne la tête, on découvre le plus beau point de vue sur l’île, le plus mythique !

Le premier hôtel qu’on dépasse, au nord-est, c’est le Four Seasons Resort Bora Bora, le plus luxueux de tous paraît-il. Juste après vient le Saint Regis Bora Bora Resort, construit sur un motu artificiel (comme s’il n’y en avait pas assez à la base).

On s’amuse à jouer aux voyeurs, sortant même les jumelles pour tenter de voir à l’intérieur;) Bizarrement, la majorité des bunvalows semble vide. On est en fin de haute saison certes. On entendra dire qu’il y a des touristes toute l’année mais que les hôtels ne sont jamais complets non plus. Trop d’offres peut-être ? C’est aussi probable que les clients soient en excursion quelque part durant la journée.

 

Arrivée en vue du mouillage à l’est de l’île

 

Au delà du Saint Régis, on aperçoit enfin la zone de mouillage qu’on désire atteindre à l’est. 4 voiliers sont à l’ancre. Ce sont des monocoques, pas des catamarans de location. Ouf, c’est rassurant, cela prouve au moins qu’on a le droit de s’ancrer là-bas, malgré tous ces hôtels de luxe.

Le ketch Phoenix au mouillage à l'est du lagon de Bora Bora.
On repère aux jumelles le ketch blanc avec une ligne rouge sur la coque, le Phoenix, voilier d’Antonin et Mary, rencontrés via internet mais pas encore en face en face.
Les belles nuances de bleu du lagon et du ciel de Bora Bora.
Les couleurs sont tellement belles par ici ! Face au ciel intense, on ne se lasse pas d’admirer ce lagon et ce décor à 360°.
Vue OpenCPN de l'île de Bora Bora.
Voici notre trace sur la cartographie OpenCPN. Nous sommes aussi descendus en voilier vers le sud-est.

A ce stade, c’est encore difficile de se faire un avis sur Bora Bora. Il faut en voir plus ! Je suis avide de la connaître mieux, de la fouiller de fond en comble, de découvrir ses moindres secrets, les plus beaux comme les plus cachés.

C’est dans ce nouveau mouillage à l’est, entre deux hôtels luxueux, que tout va se dévoiler ! Grâce à la rencontre avec cette famille adorable, Antonin, Mary et leurs deux enfants, vivant sur leur fier voilier Phoenix, avec lesquels nous allons pouvoir profiter pleinement des lieux.

1 commentaire

  1. Une bonne réflexion sur Bora Bora .
    Personnellement j’y suis allé 2 fois en 92 et 93 ! Nous avions mouillé dans la partie est-Sud -Est du lagon . D’après Votre description ça n’a pas trop changé . Le coin est superbe ! Et à l’époque nous n’étions pas dérangés et pouvions aller sans problème sur les motus .
    Par contre nous avions trouvé l’île pas super ! Surtout très sale !
    Merci 😊 pour votre récit ! Très intéressant !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :