Modification du portique et installation des nouveaux panneaux solaires

Portique et radôme du radar installé.
Insuffisance en énergie, problème qui nous poursuit depuis un moment

 

Depuis notre trajet entre les Canaries et le Cap Vert, nous vivions en mode économie d’énergie, c’est-à-dire sans le frigo et à la barre de temps en temps, pour ne pas laisser le pilote automatique conduire tout seul. On a fait face au décès de nos batteries, au changement des câbles électriques qui passent dans le portique pour relier les panneaux au régulateur, au changement du régulateur lui-même. Mais on était toujours très juste en énergie, même au mouillage !

Arrivés à Tobago, après une traversée où on devait faire tourner le moteur au ralenti pour recharger les batteries, on est arrivé à bout… Il nous fallait plus de puissance en énergie solaire.

Panneaux solaires sur le portique de Manwë

Ancienne configuration du portique (deux panneaux + radôme du radar).

Achat de 2 x 145W de panneaux solaires à Grenade

 

C’est sur l’île de Grenade qu’on espérait trouver notre bonheur à un prix encore raisonnable. Car il faut bien savoir qu’en Europe, on trouve tout ce genre de matériel à bon prix ! Mais ici aux Antilles, et même hors Europe tout simplement, tout est plus cher. (Apparemment au Canada et USA, ce serait pas mal niveau prix, mais bon, nous n’y sommes pas non plus…) A Grenade, on peut par contre compter sur le prix hors taxe car nous sommes une embarcation en transit.

A Prickly Bay, il y a le shipchandler Budget Marine. Ils n’avaient vraiment pas grand chose lors de notre passage, seulement un panneau souple de 100W hors de prix. On s’est donc rendu jusqu’à Saint George, profitant de visiter la capitale, pour jeter un œil dans le second ship de l’île : Island Water World. On y découvre deux panneaux solaires rigides de 145W de la même taille que ceux que nous avons déjà à bord ! D’après mes calculs, on pourrait tout caser sur le portique 🙂

Donc on achète les deux ! Ils nous reviennent à 300€ environ l’unité, c’est convenable. De toute façon, on ne trouverait jamais moins cher aux Antilles. On veux vraiment gagner en confort à bord, l’investissement vaut le coût pour nous. Le personnel du ship est sympa. Bien qu’ils n’y connaissent vraiment pas grand chose sur leur propre matériel à vendre (quand on pose des questions), ils nous ramènent en camion à Prickly Bay avec les panneaux.

 

Réflexion sur l’arrangement du portique, comment installer tout ça ?

 

On s’est donc retrouvé avec deux nouveaux panneaux solaires stockés sous la table du carré, tandis que les deux anciens étaient toujours en place sur le portique.

Avant de pouvoir en profiter, il faut bien réfléchir à l’organisation de ce fameux portique. Dessus, nous avons pour l’instant deux panneaux de 150cm x 67cm, pesant une dizaine de kilos chacun. Il y a aussi le radôme du radar qui fait bien 50cm de diamètre pour 5kg ainsi que les deux bossoirs qui servent à lever l’annexe.

Après une grosse journée de réflexion sur le meilleur agencement, c’est en début de nuit, dans un demi-sommeil où mes pensées et mes rêves contenaient plein de panneaux solaires, que je trouve la solution !

Grâce aux conseils d’Hervé sur son catamaran Toccata, rencontré à Tobago, j’établie une liste de matériel pour la réalisation des travaux. Il me faut trouver des tubes carrés en aluminium pour poser les panneaux. Après un peu de recherche dans les environs, on comprend qu’il sera beaucoup plus simple de trouver tout ça au Marin en Martinique, en francais avec des unités françaises (et non en parlant anglais avec des feet, des gallons et autres unités qu’on ne comprend pas…).

 

Le Marin en Martinique avec tout ce qu’il faut : Equinox & Le Grenier du Marin

 

Une fois arrivés au Marin, nous nous somme mis au mouillage devant le chantier du Carénage (un peu par hasard, il faut l’avouer). C’est très pratique car en quelques minutes d’annexe, on trouve tout ce qu’il faut pour bricoler (et pour faire des courses, grâce au Leader Price pas loin). Le ship Le Grenier du Marin propose toute la visserie inox à bon prix et plein d’autres choses intéressantes, avec un côté dépôt-vente ou l’on peu dénicher du matériel d’occasion.

Un peu plus loin en annexe, en remontant la mangrove, on tombe sur Equinox. L’équipe très sympa, qui travaille l’inox et l’aluminium, a pu nous fournir les tubes carrés que nous cherchions.

 Rivière dans la mangrove pour accéder à Equinox dans le mouillage du Marin.

Accès par annexe à la zone industrielle près du carénage du Marin.

Sympa l’accès en annexe directement dans la zone industrielle 🙂

 

Installation des panneaux sur le portique (enfin!)

 

Il reste maintenant le plus dur à faire, assembler tout le puzzle avec des pièces de 1m50 de 12kg en hauteur sur le portique, tout cela quasiment au dessus de l’eau… Sachant qu’il ne faut pas faire tomber un panneau dans l’eau ! Nous voulions rester malgré tout au mouillage, pour éviter de payer en plus une place au port. Les équipements pour tous les travaux en ce moment nous coûtent déjà bien assez cher comme ça !

Donc pré-installation sur le pont du bateau et perçage des trous pour fixer les vis. Pour éviter de maladroitement transpercer le panneau avec la perceuse lors du perçage du cadre, surtout, pensez à mettre une plaque de contreplaqué sur le panneau sous le trou voulu !

Enfin, on essaye le tout en situation. Après de nombreux petits ajustements, tout finit par rentrer sur le portique, c’est beau !

Pour les finitions, je prend la précaution de protéger les tubes et le cadre en aluminium des panneaux de l’oxydation suite au contact avec l’inox des vis ou du portique. Pour cela, j’intercale des rondelles nylons entre les différentes matières et je badigeonne les vis de Tefgel (un gel à base de téflon).

 

Installation des bossoirs pour remonter l’annexe

 

Il faut maintenant trouver une solution pour remettre les bossoirs de l’annexe. Ils ont tous les deux une importante courbure en S, qui sert à les rigidifier, mais qui ne nous aide guère dans leur positionnement. Initialement, cette courbure était vers le haut. Le façon la plus simple pour nous a était de simplement les retourner afin d’avoir la courbure vers le bas. Après utilisation, je trouve que c’est finalement plus intéressant dans ce sens. En effet, l’annexe se retrouve beaucoup plus basse sur le portique et ses mouvements en navigation se retrouvent plus limités. Donc plus de sécurité pour l’ensemble. Je peux aussi maintenant placer des sangles pour la maintenir quand on navigue, ce qui la stabilise sur le portique.

Par contre, l’inconvénient désormais c’est que nous n’avons plus accès à la jupe arrière (donc plus à l’eau) quand l’annexe est montée. Avant, on pouvait passer dessous. Maintenant, on est obligé de la descendre à chaque fois et de la remonter ensuite le soir par souci de sécurité (risque de vol).

Annexe montée sur les bossoirs avec la nouvelle installation du portique.

Renforcement final du portique

 

Avant, même avec seulement deux panneaux solaires, le portique avait tendance à beaucoup vaciller en navigation à cause du poids et du mouvement de l’annexe. Ce problème me faisait craindre un arrachement des fixations.

Il a donc été traité par trois solutions indépendantes qui me donne toute satisfaction:) Je suis maintenant beaucoup plus serein pour laisser l’annexe derrière, accrochée aux bossoirs, lors de longues navigations. (Alors qu’avant, passé 24h de nav, on la dégonflait pour la ranger dans son sac sur le pont, ce qui donne pas mal de manutention.)

Ces trois points qui m’ont permis de mieux stabiliser et renforcer le portique sont :

  • Fixer l’annexe moins haut sur le portique. Elle est juste en dessous de la hauteur de nos yeux derrière, ce qui veut dire qu’on voit toujours l’horizon quand on est debout dans le cockpit. Indispensable quand même pour bien naviguer.
  • Bloquer les mouvement de l’annexe par des sangles, reprises des bossoirs sur les balcons arrières avec de la sangle, du dyneema et des mousquetons. C’est une installation très rapide à monter une fois l’annexe accrochée sur ses bossoirs.
  • Empêcher les mouvement latéraux du portique grâce à des câbles en dyneema et des ridoirs pour les raidir. Je ne les monte qu’en navigation (pas très pratique au mouillage pour descendre du bateau). Mais c’est très rapide et très facile à installer.
Installation du radôme du radar

 

Malgré les réticences de mon père, j’ai finalement installé le radôme du radar sur une plaque en aluminium fixée aux bouts des tubes qui supportent les panneaux solaires. Je les avais pris exprès plus long dans ce but. C’était un peu la seule solution qu’on avait à notre disposition. On verra au fil du temps si ça prend trop le vent, mais j’ai rattaché l’ensemble avec du Dyneema vers le bas pour amortir les mouvements. Pour le moment, après quelques navigations au près, pas de souci.

Sinon, il aurait fallu installer ce radôme dans le mât et donc faire passer un nouveau câble, au risque de l’entendre battre à l’intérieur du mât. Et ça, c’était un peu hors de question, on entend déjà celui du feu de hune dès qu’on roule légèrement, ce qui est très désagréable. Et puis, il aurait fallu racheter un support et trouver la place adaptée, sachant qu’on a un bas étai et qu’il ne faut pas cacher le projecteur de pont (ni le feu de hune)…

Radôme du radar installé sur sa plaque en aluminium à côté des panneaux solaires.Vue du dessous de l'installation du radôme du radar.

4 commentaires

  1. Coucou les marins !

    Article très intéressant ! Merci !
    Alors, satisfaits de la puissance de vos nouveaux panneaux solaires ?
    Sont-ils suffisants pour Frigo + PA et instruments ?
    Merci pour votre retour 🙂

    Olivier

    1. Hello,
      Oui avec nos 490W de panneaux solaires on est très confort, les batteries sont pleines à partir de 10h environ, En journée, on peut lancer notre dessalinisateur en plus du frigo et pilote et on produit toujours des ampères. Et nos 400Ah de batterie suffisent juste pour terminer une nuit de nav sous pilote avec frigo et instruments.

      Donc pour l’instant tout fonctionne.

      Damien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :