Sur les traces de Jack Sparrow : escale sur une île de Pirates des Caraïbes

Damien sur un cocotier sur l'île de Petit Tabac.

Une fois rentrés sur Manwë après notre soirée à bord du voilier Norvégien Villekulla, grosse discussion entre Damien et moi… Je lui reproche de ne pas me motiver à réapprendre le kitesurf, lui me dit que je n’ai pas exprimé mon envie d’en refaire. Débat houleux, qui se termine par « eh bien, demain, c’est bon, je t’emmène sur la plage de la petite île de Baradal et on y va ! » Il me rassure, lui me suivra en annexe au cas-où. Sur ces belles paroles, on finit par s’endormir…

 

L’appel de l’île déserte

Panorama de l'île de Petit Tabac.

Seulement, le lendemain matin, un autre désir fait son apparition. Je me dis que ce serait quand même dommage d’être si proche de Petit Tabac, l’îlot de Pirates des Caraïbes, sans aller y mettre les pieds… Alors, nous levons l’ancre, tant pis pour le kite, ce sera pour une autre fois. On ne peut décidément pas tout faire !

Il faut d’abord contourner la barrière de corail qui passe au sud de Jamesby, une des autres îles des Tobago Cays. Une fois de retour en plein océan Atlantique, on fonce vers Petit Tabac. Le mouillage se fait uniquement de jour, d’après nos informations. Et c’est d’ailleurs plutôt difficile de mouiller tout court ! A l’ouest de l’île, sous le vent, nous ne voulons pas abîmer les coraux sous l’eau avec notre ancre. La passe dans le minuscule lagon, quand à elle, est étroite et on n’est vraiment pas sûr de la profondeur. Deux catamarans y font une halte mais nous n’avons pas vraiment le même tirant d’eau qu’eux… On mouille finalement dans 5 m d’eau à peu près à l’entrée du lagon. Hop, annexe à l’eau, GoPro dans la main, à l’abordage !

Tobago Cays et Mayreau vus de loin.

Derrière nous, à l’ouest, les Tobago Cays et Mayreau derrière.

Îles de Petite Martinique et Carriacou au loin.

Au sud, les îles de Petite Martinique, Petit Saint Vincent et Carriacou au loin.

Petit Tabac, l'île de Pirates des Caraïbes !

Et Petit Tabac, la plus à l’est des Tobago Cays !

On débarque dans de bons rouleaux, qui déferlent sur les cailloux, morceaux de corail et coquilles de lambi. Nous ne sommes pas seuls sur cette petite île, les équipages des catamarans et quelques touristes débarqués via des canots se prennent en photo partout. Mais peu importe, c’est un peu le but et le lieu reste spectaculaire:) On se croirait perdu au bout du monde sur cette île déserte. On imagine sans peine le Black Pearl disparaître à l’horizon…

 

Plage de Petit Tabac, le petit îlot du tournage de Pirates des Caraïbes (volet 1).

Nous trois débarqués sur l'île de Petit Tabac dans les Tobago Cays.

A la pointe est de l’îlot se trouve les quelques cocotiers si représentatifs de la scène du film, où Jack Sparrow trouve sa cachette de rhum. Ici, point de rhum (quoi que certains touristes en ont apporté pour l’occasion!) mais les cocotiers sont bien en place. On mitraille, on filme, on en prend plein la vue.

Les cocotiers de Petit Tabac, comme la scène du film Pirates des Caraïbes !

Les cocotiers comme dans le film ! C’est là où Jack trouve sa cachette de rhum !

Damien face au lagon et à l'océan Atlantique.Anaïs à l'est de l'île de Petit Tabac aux Grenadines. Pose pour Anaïs et Grégoire sur la plage de Petit Tabac. Cocotiers et végétation sur l'île de Petit Tabac. Pose photo sur la plage de Petit Tabac aux Tobago Cays.

De loin, on aperçoit le lagon des Tobago Cays se remplir encore plus, le nombre de catamarans a doublé ! C’est même difficile d’avoir désormais la place de faire du kite entre les voiliers… Je me prends à rêver de la Polynésie, que l’on atteindra peut-être un jour. Certains décors doivent être sensiblement pareils mais sans doute avec le monde en moins!

Carte de notre trajet dans les îles de Saint Vincent et les Grenadines.

 

Mouillage au nord-ouest de Mayreau et essai de kite sur la petite plage

 

Il est temps de quitter ce petit paradis pour passer ailleurs la fin de journée. Direction Mayreau. Nous visons Salt Whistle Bay, un mouillage que nous n’avions pas pu faire lors de notre première remontée des Grenadines. Il y a beaucoup de voiliers, mais nous tentons le coup quand même. On jette l’ancre entre trois catamarans, c’est vraiment au mètre près ! Il y a peu de fond, 2,5 m d’eau, un peu de vent mais c’est bon, ça tiendra.

Par contre, qu’est-ce qu’il y a comme houle ! Etrange car ça semblait bien protégé quand même… Nous passerons une mauvaise nuit à cause de ça, Manwë roule beaucoup trop et nous avons une paroi récalcitrante qui craque à bord lors de tels mouvements. Pas très agréable…

Nous prenons le temps après notre arrivée de débarquer à terre pour explorer les environs. De loin, c’est très joli mais finalement, ça reste mieux de loin. Une multitude de petits bars longent la plage, mais n’offrent pas un grand intérêt non plus. Quelques parasols et transats sont réservés à la clientèle d’un petit restaurant. Quand à la langue de sable qui relie une presqu’île et qui sépare le mouillage de la mer des Caraïbes au nord, elle nous faisait rêver, mais une fois dessus, on ne peut pas oublier les quelques déchets trouvés dessus et les sargasses qui viennent s’amonceler sur le sable.

Par contre, la plage côté vent est propice au kitesurf. On vient faire du repérage et Damien m’encourage le lendemain matin (me traîne presque car j’appréhende) à venir avec lui (ré)apprendre à kiter. Je le suis, non sans me poser plein de questions. « Est-ce que je vais y arriver ? » « Si l’aile tombe je fais quoi ? » « Mais ya plein de coraux dans l’eau, je vais racler le fond et m’abîmer dessus ! »

Mais Damien prend le temps, il me réapprend les bases, le vent, les gestes, la sécurité. Je monte le matériel, mon aile de kite rose de 9m², qui n’attendait que moi (Damien ne l’aime pas…). On monte l’aile, tout va bien, je retrouve les sensations. On s’écarte du groupe arrivé peu de temps après, je fais quelques bords en nage tractée. Damien me tire dans l’eau pour m’aider à remonter un peu. Puis, me tends la planche, aie aie aie, c’est le début des hostilités… Mais j’arrive à sortir de l’eau ! Bon, je ne coordonne pas encore les pieds et la gestion de l’aile, donc je retombe quasiment aussitôt. Mais je sors presque à chaque bord, ça me rassure. Sans avoir kiter pour de bon, mais ça arrivera, je sors de l’eau plutôt confiante et retrouve Grégoire sur le sable, qui s’est amusé à immortaliser les scènes avec l’appareil photo. Vivement une prochaine session, Damien aura eu raison de me forcer, ça m’a rendu confiance !

2 commentaires

  1. Il y a des choses qui s’improvisent pas lol. Et puis il faut du courage rien que pour se lancer, alors bravo Anaïs et bravo à Damien pour sa patience ^^. En tout cas le nez plongé dans mon mouchoir (P***** de rhume) ces belles couleurs me font d’autant plus envie.

    1. Merci 🙂 du courage il en faut mine de rien ce n’est pas si facile tous les jours 😉 même si les photos ne le montrent pas ! En tout cas, c’était vraiment ici une de nos plus jolies escales, enfin celle qui fait vraiment rêver. Sinon, j’ai une question, j’ai changé le mode de notification de réponse aux commentaires. Est-ce que tu reçois un mail ou quelque chose ? Est-ce que c’est mieux qu’avant ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :