Nouvelle année 2018 : statistiques, bilan et perspectives

Bar de Prickly Bay Marina à Grenade.

A l’heure où je vous parle, cela fait environ 5 mois et 20 jours que nous sommes partis de France. Le temps passe vite ! Même si nous réalisons le chemin parcouru et le nombre d’escales que nous avons déjà eu la chance de faire, on se souvient de notre départ de La Seyne sur Mer comme si c’était encore tout récent…

 

Une année 2017 qui restera gravée dans nos mémoires

 

2017 aura été une année riche en émotions pour nous. Et surtout riche en événements importants, dont certains qui n’arriveront sans doute qu’une fois dans notre vie !:)

Février 

Semaine au ski. Comme quasiment tous les ans, c’est devenu notre rituel, on ne peut plus s’en passer. Ce sont des vacances plutôt onéreuses mais on adore ça, cette bouffée d’oxygène sur les sommets enneigés, à dévaler les pistes jours après jours puis à se réconforter devant de bons plats montagnards une fois le soir venu. Un grand merci d’ailleurs à l’oncle de Damien qui nous prête régulièrement son appartement dans les hauteurs de La Plagne, qui est ainsi devenue notre station coup de cœur. Et on y retrouve souvent des amis ! Ce séjour au ski cette année a eu un petit quelque chose en plus, on s’est fiancé sur l’un des sommets, avec le Mont Blanc en arrière plan ! So romantique:)

Mars/Avril

Nîmes, Damien quitte son job. Et ça lui fait un bien fou ! Il est enfin libre de se consacrer pleinement aux préparatifs du bateau, en vue d’un départ mi-2017. C’est positif, dès qu’on avait commencé à parler du projet en 2014, on avait cette date de départ en tête, qui est bien partie pour être respectée. Mais avant, il y a un mariage à organiser, pour mi-juin. C’est plutôt moi qui m’en occupe, avec nos familles qui nous aident de loin.

Mai

A moi de partir de mon travail. J’ai plus de regret, j’aimais bien ce que je faisais, j’étais bien entourée. Mais l’envie de voyager reste plus forte. On fête le plus possible notre départ avec nos amis de Nîmes, tout en nous occupant de liquider nos meubles le plus possible en les vendant sur internet. On se débrouille plutôt bien, tout partira assez rapidement. C’est aussi le mois où je fête mon EVJF (enterrement de vie de jeune fille) avec des amis qui m’ont organisé un super week-end à Lacanau avec des cours de surf. Fin du mois, on peut sereinement rentrer en Normandie pour se consacrer (non sans stress bien sûr) aux préparatifs du mariage.

Juin

EVG (enterrement de vie de garçon) pour Damien au début du mois. Lui, ce sera sur un bateau loué par ses potes en Bretagne. Puis, le 17 juin, c’est le jour J : notre mariage ! Tout se déroule à merveille, le soleil brille de mille feux sur Donville-les-Bains où nous passons devant Monsieur Le Maire, puis sur Granville où aura lieu les festivités. On ne sait plus où donner de la tête, on veut profiter de tout le monde, on veut manger, boire, on veut garder chaque minute en tête. J’ai mal à force de sourire pour les photos mais j’y prends beaucoup de plaisir. J’aime ce rôle d’un jour, j’en profite à fond et je ne lâche pas mon bouquet de mariée jusqu’au dernier moment, où je le lance pour la prochaine chanceuse. Mais personne ne veut le rattraper !:) Le mariage n’est plus trop dans les mœurs… Nous, on a choisi de le faire pour pouvoir réunir le plus de membres de notre famille et de nos amis avant notre départ (on s’est dit qu’ils seraient obligés de venir !) mais aussi pour une question de facilité par la suite, pour les papiers, les visas ou les soucis de santé à l’étranger.

Juin toujours

Fin du mois, retour à Nîmes, après un dernier au-revoir à nos proches en Normandie. On rend les clés de notre appartement, on vit désormais sur le bateau. Sans voiture, à Port Saint Louis du Rhône où il attend encore au sec, c’est dur de s’organiser. Heureusement, un ami nous prête la sienne, ça nous sauvera durant ces derniers jours ! On s’active, derniers travaux, dernières retouches puis mise à l’eau, avec un peu de stress car il faut bien des soucis de dernière minute. Tout rentre dans l’ordre, Manwë a retrouvé son élément naturel !

Juillet

Sur les conseils d’un ami de la famille de Damien (et sur l’insistance de notre future assurance), on se rend à La Seyne sur Mer pour changer le gréement dormant du bateau. Gros chantier, il faut faire tomber le mât. Heureusement, il y a de la place disponible pour nous. Ça retarde notre départ un peu mais ça nous permet de profiter une dernière semaine de mes parents venus en vacances pour l’occasion, et de nous rendre à un mariage d’un couple d’amis.

Une semaine de travaux et un peu de sous dépensés plus tard, ça y est, Manwë est prêt à partir !Nous aussi, même si les au-revoir directement sur le ponton sont durs. 19 juillet 2017, on quitte donc la baie de Toulon sous le soleil, deux jours de navigation pour notre première escale : les îles Baléares.

 

Premier bilan après 6 mois de voyage en bateau

 

Quelques chiffres et statistiques
  • 5223 milles nautiques parcourus (on est actuellement sur l’île de Carriacou)
  • 172 jours de voyage
  • 35 nuits passées en mer
  • 20 jours au port
  • 160 milles nautiques : notre meilleure distance en 24h
  • 200 heures moteur environ (dont beaucoup au ralenti juste pour charger les batteries)
  • 50 mouillages différents
  • 21 îles et cailloux visités
  • 2 mers sillonnées (Méditerranée, Caraïbes)
  • 1 océan traversé (Atlantique) en 15 jours et 3 heures
  • 4 baleines croisées
  • Environ 15 prises (dont une langouste!) au harpon
  • Environ une dizaine de prises (bonites ou daurades coryphènes) en mer
  • 48 nombre de livres lus par Anaïs et 13 par Damien
Nos escales depuis la France
Budget du voyage

Achat du bateau : 48000 €

Préparatifs et travaux sur le bateau avant départ : environ 20000 €

Dépense totale moyenne par mois une fois partis : 1080 € (en excluant les gros travaux imprévus sur le bateau). C’est un peu le montant qu’on attendait, sachant qu’on aimerait évidemment le faire baisser au fur et à mesure. C’est sans doute possible car nous nous sommes fait plaisir jusqu’ici : nombreux ports aux Canaries, location de voitures, restaurants et snacks régulièrement. Il faut trouver le juste milieu entre économiser et profiter des escales !:)

Parmi les gros travaux effectués sur le bateau depuis le départ (et non prévu à la base), il y a eu notamment l’achat de nouvelles batteries et de nouveaux panneaux solaires ainsi que l’achat d’une ligne de mouillage secondaire. On a seulement gardé dans notre moyenne pour le bateau les dépenses usuelles : entretien courant, assurance, ports, remplissage eau et gazoil.

 

Voici nos principaux domaines de dépenses et leur moyenne par mois :

Avitaillement : 280€

Restaurants, snacks et bars : 210€

Activités extérieures (sports & équipements sportifs, plongées, visites…) : 106€

Transport (location de voitures, ferrys, taxi) : 67€

Ports : 75€

Bateau usuel (entretien courant, assurance, gazole, remplissage eau) : 315€

Lessive : 15€

Frais administratifs, internet et VISA : 25€

 

Les bonnes surprises et les moments préférés

 

Il y en a tellement et heureusement d’ailleurs ! C’est un peu le but de notre périple. On vous en cite quelques uns.

– En premier, je dirais que j’ai été agréablement surprise de bien et rapidement m’acclimater à la vie à bord d’un voilier. Damien, pratiquant la voile depuis toujours, n’a eu aucun problème de son côté. J’ai eu un petit temps d’adaptation, certes, surtout pour dormir la nuit (roulis, bruits environnants, etc.) mais au final, on s’habitue à tout. Il reste toujours des moments moins drôles, on a toujours les mêmes corvées quotidiennes (souvent en plus compliquées à gérer d’ailleurs) mais je m’y suis plutôt bien accommodée.

– Véritable coup de coeur : les îles de La Gomera et de La Palma aux Canaries. J’ai vraiment adoré la forêt de lauriers sur place et les belles randonnées qu’on peut y faire. C’était un environnement plein de magie, de charme et propice aux belles photos ! Les deux îles ont plein de choses à offrir et méritent vraiment d’être plus connues.

– Une traversée de l’Atlantique conforme à nos attentes, c’est-à-dire sans encombre, sans ennui et rapide tout juste ce qu’il faut, ça, ça restera l’un de nos meilleurs souvenirs ! Et quelle fierté pour nous deux d’avoir accompli cette étape si significative ! Ça nous a conforté pour la suite de notre voyage. A-t-on gagné nos galons de marins ?

– On a jamais eu de grosses conditions en mer pour l’instant. Ni de tempête aux mouillages d’ailleurs, juste un gros coup de vent par ci par là, mais notre ancre n’a jamais dérapé. Damien a vraiment pris confiance là-dessus.

 

Les mauvaises surprises

 

Souvent on s’en doutait à l’avance ou on le savait d’après les blogs lus avant le départ. On n’est jamais tombés des nues non plus sur une situation. Mais on a été embêté par quelques petites choses quand même, après tout, le quotidien à bord d’un voilier, qui plus est dans des pays différents, n’est pas toujours évident à gérer !

– Le mal de mer. Je le savais déjà avant de partir mais il persiste ce coquin ! Alors je me soigne. Ça ne dure jamais longtemps mais c’est quand même bien embêtant, même si je ne suis pas non plus complètement HS à chaque fois…

– Ce n’est pas vraiment une mauvaise surprise en soi (parce que j’adore le faire) mais gérer le blog nous prend beaucoup beaucoup de temps ! Un vrai travail ! Ecrire les posts, choisir et optimiser les images, publier, gérer les réseaux sociaux. C’est super intéressant et j’aimerais en savoir beaucoup plus. Mais il nous faut une connexion internet pour tout ça et ce n’est pas toujours le plus évident à trouver.

– Là-aussi, je m’en doutais un peu, mais l’absence depuis qu’on a quitté les Canaries de supermarchés dignes de ce nom m’a quand même mis un (petit) coup au moral. Surtout en période de fêtes de fin d’année où les envies de plats copieux et raffinés se font sentir. Plus de jolies boutiques de vêtements non plus, qui en vaillent la peine… ça me manque de ne plus pouvoir faire de shopping ou de lèche-vitrine. Mais pas Damien:) On verra lors de nos prochaines escales !

– Pour Damien, son plus gros désappointement a été de découvrir que notre apport en énergie était largement insuffisant pour nous rendre autonome, surtout en navigation. Du coup, il a fallu investir (batteries, panneaux solaires) et ce n’est pas encore terminé, reste encore de l’installation.Tout cela résulte d’une préparation incomplète ou mal anticipée avant notre départ de France, où tout aurait été plus simple à régler. Mais voilà, on a voulu partir le plus vite possible et puis, on apprend sur le tas, on reste encore des novices en tant que navigateurs au long cours.

Nos projets pour 2018

 

Nous sommes désormais de l’autre côté de l’Atlantique et on compte bien en profiter. On est arrivé à Tobago puis on est monté sur Grenade, où nous avons pu fêter le passage dans cette nouvelle année. Pour le coup, on ne s’est pas refusé la formule proposée par le bar de Prickly Bay Marina : un buffet + open bar avec orchestre. C’était excellent, la musique était vraiment sympa et l’ambiance pas mal du tout. Seul hic, il s’est mis à pleuvoir plusieurs fois dans la soirée. La piste de danse étant en extérieur, ce n’était pas très pratique. Il a plu à minuit, des torrents d’eau ! Mais on a quand même eu le droit aux feux d’artifices:)

Notre programme dans les lignes sur la belle saison (de maintenant jusqu’à début juin) est de retrouver nos proches en Martinique, de redescendre parcourir les Grenadines et peut-être Sainte Lucie, puis de monter plus au nord pour la Dominique et la Guadeloupe, où nous resterons sans doute un mois sur place. Après, tout dépend de nos envies, on aimerait évidemment tout faire mais il va falloir faire des choix. On ne veut pas manquer les îles Vierges Britanniques ni Saint Martin, même si ces îles ont du subir les récents cyclones. Sans doute une escale à Saint Barthélémy également.

On terminerait la saison début juin soit en passant par les Bahamas, soit par la Jamaïque, avant d’échapper aux risques cycloniques en allant nous réfugier en Amérique centrale. Guatemala, Bélize, Panama, Colombie, les options sont nombreuses mais on a pas encore fait notre choix. On essaiera alors de se trouver un petit job pour remplir les caisses du bord.

Puis, en décembre prochain, on remontera vers le Mexique et Cuba. Notre optique est de passer Panama l’année suivante mais on verra, on n’y est pas encore. Tout dépend de cette année, tout peut arriver et on se laisse porter au fil de nos envies.

Mise à jour août 2018

Nous avons parcouru les Petites Antilles pendant 6 mois, de Tobago jusqu’aux British Virgin Islands. Puis, nous sommes passés durant le mois de juin dernier aux Bahamas, avant d’atteindre le Guatemala pour nous protéger de la saison cyclonique sur le Rio Dulce.

1 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :