Bilan après 5 semaines de navigation aux îles Canaries

Carte postale représentant l'archipel des îles Canaries

Trace GPS de notre route autour des îles Canaries.

D’abord, arrivée à La Graciosa

L’arrivée sur La Graciosa aux îles Canaries est une évidence en venant de Gibraltar, mais c’est tout de même une très bonne escale, un des rares mouillages bien protégés de cet archipel. Un endroit relaxant qui permet de recharger ses batteries (pas que celles du bateau!) après une première longue traversée de plus de 4 jours. C’est aussi une initiation sympathique à ce paysage volcanique très différent de ce que je connaissais auparavant.

 

Comment ça se passe une croisière aux Canaries ?

 

Par rapport à ce que l’on a vécu aux Baléares précédemment, c’est une toute autre philosophie de croisière ici aux Canaries. En effet les 5 semaines de navigation dans ces premières îles était essentiellement basées sur des petits sauts de puces de 1 à 2h pour changer de mouillage et retourner se baigner. Or, ici comme il n’y a que très peu de mouillages suffisamment protégés pour ne pas se croire dans une machine à laver, on préférera s’amarrer au port pour quelques jours sur chaque île, afin de les visiter par l’intérieur en voiture. Mais du coup le rythme de vie s’en trouve bien plus rapide, d’une part du fait de la vie citadine avec ses contraintes horaires (ouverture des capitaineries, location de voitures, visites, etc.) et d’autre part pour en voir le plus possible dans un temps imparti (nombre de nuits au port, ce qui n’est pas gratuit). C’était donc un mois très riche en randonnées, visites et découvertes de paysages magnifiques mais plutôt fatigant, avec peu de journées « off » et de grasses matinées.
Enfin pour optimiser les trajets entre les îles, qui étaient d’environ 60 milles à chaque fois, nous naviguions de nuit pour arriver tôt le matin et profiter d’une journée de plus.

 

Notre parcours à travers cet archipel

 

  • 3 jours au mouillage sur La Graciosa
  • 4 jours au port de Arrecife sur Lanzarote
  • 2 jours au mouillage de la Playa de las Mujeres au sud de Lanzarote
  • 1 jour au mouillage sur l’île de Lobos
  • 2 jours au port de Gran Tarajal sur Fuerteventura
  • 4 jours au mouillage à côté du port de Las Palmas de Gran Canaria
  • 1 jour au mouillage dans la Ensanada de Antequera au nord-est de Tenerife
  • 2 jours au mouillage face à Los Cristianos au sud-ouest de Tenerife
  • 4 jours au port de San Sebastian de La Gomera
  • 1 jour au mouillage de la Playa Suarez au sud de La Gomera
  • 5 jours au port de Tazacorte à l’ouest La Palma
  • 2 jours au port de La Restinga au sud de El Hierro

Les îles Canaries en quelques chiffres

 

Il nous a fallu 4 jours et 9 heures pour parcourir les 664 milles qui sépare Gibraltar de La Graciosa.

On a parcouru ensuite 421 milles à travers l’archipel, dont la plus grande navigation entre les îles était de 80 milles entre Gran Tarajal (Fuerteventura) et Las Palmas (Gran Canaria).

Enfin, pour rallier l’île de El Hierro au Canaries à l’île de Sal au Cap-Vert, nous avons mis 4 jours et 21 heures pour parcourir 745 milles (soit une belle vitesse moyenne de 6,4 nœuds !).

A la fin de cette étape de notre voyage autour du monde, nous en sommes déjà à 2764 milles parcouru depuis notre départ de Toulon le 17 juillet, avec un total (malheureusement…) de 109 h moteur au compteur.

Trace GPS de notre route entre Toulon et les îles Canaries.

 

Mes impressions négatives sur notre séjour ici

 

  • Je n’ai pas réussi à pêcher depuis Carthagène en Espagne, je ne comprend pas pourquoi, j’ai essayé plusieurs leurres différents, (petit poissons ou poulpes). Alors qu’ici ça à l’air d’être une des principales activités, comme la pêche au gros!! Espérons que j’aurai plus de chance au Cap Vert 🙂
  • Les ports ne répondent pas aux mails (excepté Arrecife) et assez peu souvent au téléphone. Parmi ceux qui répondent, la plupart des gens parlent peu anglais, il faut savoir se débrouiller en espagnol avec un vocabulaire marin. C’est un peu au hasard que l’on se rend au port mais il y a toujours eu de la place, même parfois beaucoup. Seul le tout petit port de Le Restinga à El Hierro n’avait plus de place au ponton (une dizaine seulement disponible en même temps…) mais on peut s’amarrer au quai dans ce cas là (attention si beaucoup de vent, ça peut être dangereux pour le bateau).
  • Le peu de mouillages possibles, ce qui augmente considérablement le coût de la croisière même si les ports sont bien moins chers qu’en France. On a payé en moyenne 20€/j dans les marinas et 12€/j dans les petits ports communaux (La Restinga et Gran Tarajal)
  • Peu de shipchandlers. La plupart d’entre eux sont rassemblés à Las Palmas (et sûrement à Santa Cruz de Tenerife mais nous n’y sommes pas allés). Il parait qu’il y en a un grand et pas cher à Arrecife mais on ne l’a pas vu.
  • Los Cristianos sur Tenerife est à éviter, continuez votre chemin directement vers l’île de La Gomera ou vers Los Gigantes au nord-ouest de Tenerife. D’ailleurs, je pense que l’île de Tenerife n’a d’intérêt que si l’on va la visiter par la terre, notamment le parc du Teide (point culminant de l’Espagne, avec son Observatoire astronomique) ou éventuellement passer à Los Gigantes, de hautes falaises sur la côte Nord-Ouest.

Et si c’était à refaire, je ne pense pas que je passerai pas par Fuerteventura, pour plusieurs raisons. D’abord, la côte observée depuis le bateau ne nous a pas vraiment donné envie de visiter ses terres, après avoir vu Lanzarote. Ensuite, le mouillage à Lobos au nord a été particulièrement mauvais pour nous, il est très ouvert et n’est donc praticable à mon avis que par conditions très calmes. Enfin, même si le vent était de la partie autour de l’île, je n’ai pas eu le courage de faire une excursion kite depuis Gran Tarajal car il fallait prendre le bus avec tout le matériel.

 

Le positif et mes recommandations basées sur cette expérience

 

  • Le mouillage de La Graciosa est parfait comme point de chute de la traversée, souvent calme, on peu y faire des promenades sympas. Même si il n’y a pas l’air d’avoir de contrôle, il vaut mieux penser à demander une autorisation après des autorités compétentes comme décrit dans notre article.
  • Lanzarote offre plein d’activités et des visites très originales au pays des volcans.
  • L’escale à Las Palmas sur l’île de Gran Canaria est très pratique si l’on a quelques travaux à réaliser sur son bateau. Le mouillage à côté du port est bien protégé et évite de payer sa place au ponton. La ville est également très agréable à visiter et il y a en plus un marché couvert plutôt bien fourni et pas cher. Il nous a été dit aussi que le centre de l’île mérite aussi une bonne visite en voiture, mais nous n’avons pas eu le temps de le faire.
  • Enfin, il ne faut absolument pas rater les îles de La Gomera et de La Palma qui sont vraiment magnifiques avec beaucoup de paysages différents et somptueux. Si vous affectionnez la nature et la randonnée, vous y êtes aux anges et pouvez largement y passer la semaine entière. Elles possèdent également du très bon vin (particulièrement le rouge) et assez bon marché.
  • Aucun moustique rencontré sur aucune des îles ! C’est vraiment un bonheur, pas besoin de se soucier de se protéger le soir ni d’installer les moustiquaires, contrairement à ce que nous avons vécu dans certains mouillages des Baléares.

Nous ne pouvons pas donner trop d’avis sur la petite île de El Hierro car nous n’y sommes restés que 2 jours, employés à se reposer et à préparer Manwë pour notre traversée vers le Cap Vert. On peut tout de même vous conseiller un très bon restaurant au port de La Restinga: El Refugio. Nous avons été très bien reçus par le patron qui présente les poissons frais à choisir, ensuite très bien préparés. Nous avons opté pour un assortiment et avons mangé presque 4 poissons à deux 🙂

 

Spécialités locales goûtées aux îles Canaries

 

Tous les deux, on adore goûter de nouvelles choses une fois qu’on arrive dans un pays. Évidemment, on ne peut pas tout testé partout, mais une des activités qu’on aime bien est de flâner dans un marché ou de rentrer dans une épicerie pour voir ce que les locaux peuvent bien manger.

Bon aux Canaries et lors de nos précédentes escales, ça ne change pas beaucoup par rapport à la France. A part bien sûr qu’on a du tirer un trait sur le fromage tel que nous le connaissons… Ici, on trouve principalement des fromages à pâte dure, type parmesan, voire sinon fromage au goût un peu plastique. Par contre, on a été agréablement surpris de voir qu’ils vendent du pain un peu partout, il y a soit des boulangeries/pâtisseries (on n’est pas très sucre, alors on n’a pas trop testé de gâteaux), soit du pain dans les supermarché.

 

Vins et spiritueux

Pour ce qui est des spécialités locales, nous n’avons pu résister à la tentation de goûter, en tant que Français, des vins produits sur les différentes îles de l’archipel. Le premier et l’un de nos préférés vient de Lanzarote, où nous avons fait un stop dans une bodega « La Geria », où nous avons adoré le vin rouge. Ensuite, nous avons pu goûter et acheter des vins de La Gomera et de La Palma, les deux îles que nous avons bien visitées.

Pour l’alcool, Anaïs a retrouvé une liqueur qu’elle avait adoré lors de précédentes vacances à Gran Canaria, la Licor 43. C’est assez fort mais sucré, c’est plutôt bon, et ça peut se boire avec du lait (?!), on dirait comme un chocolat froid.

Licor 43, une spécialité des îles Canaries

Nous avons aussi goûté dans un petit magasin à Santa Cruz de La Palma du rhum banane, un rhum arrangé assez sucré mais plutôt original. Et hop, une bouteille pour le bateau !

Enfin, j’ai consommé quelques bières locales et Anaïs a même pu trouvé du cidre (elle n’aime pas la bière…).

Bière et cidre des Canaries

 

Lapin et condiments à tartiner

Sur La Gomera, il y avait aussi deux autres spécialités présentes dans quasiment tous les restaurants : le lapin et l’almogrote. Le lapin cuisiné, c’est un peu le plat phare de l’île, il est cuit avec des pommes de terre dans une sauce un peu piquante, enfin tel qu’on l’a goûté dans un restaurant à San Sebastian. Un peu perplexe au début (nous ne sommes pas des habitués du lapin!), c’était vraiment très bon !

L’almogrote, c’est en fait un condiment à tartiner (proposé sous forme de tapas ou en vente en pot au supermarché), à base de fromage et d’épices. C’est spécial, nous avons acheté en plus la version piquante, qui arrache beaucoup ! Nous ne savons pas trop comment le consommer… Sur des crackers par exemple, ou ajouté dans un plat…

Almogrote, spécialité de l'île de La Gomera, aux Canaries

A La Palmas de Gran Canaria, nous avons aussi acheté sur un marché nocturne une sorte de confiture d’amandes, un peu salée et relevée, qui est plutôt surprenante mais très bonne. A tartiner à l’apéro !:)

Confiture d'amandes piquante achetée à La Palmas aux Canaries

Sur l’île de La Palma, mais également sur les autres, il y a des sauces très bonnes à base de poivron, pour accompagner des plats de viande ou de poisson par exemple. Elles s’appellent « mojo verde » ou « mojo rojo ».

Et à La Gomera, nous avons trouvé du « miel » de palmiers. On ne sait pas trop comment c’est fait, on a pu voir lors de nos escapades en voiture les palmiers d’où ils pouvaient extraire ce « miel » (une bande de métal encerclait leur tronc). On en a acheté par curiosité et il s’avère que c’est très bon, plus liquide que du miel, avec une note douce et prononcée. Un peu moins sucrée aussi peut-être. Le prix était à peu près le même que pour du miel classique, mais on ne regrette pas cet achat, c’est très bon dans les gâteaux !

Miel de palmiers acheté aux Canaries

 

Desserts / Fruits et légumes

Comme dit plus haut, nous ne sommes pas très desserts ou pâtisseries. Nous avons quand même essayé des desserts au restaurant, il y avait notamment des flans au caramel ou des gâteaux type tiramisu, au chocolat blanc. Sinon, nous avions acheté du « dulce de leche », et on a pu se faire d’excellents goûters et desserts maison avec, comme des banoffees ! C’est un dessert à base de banane, gâteau, confiture de lait et crème (nous avons utilisé du yaourt et des gâteaux secs, type Petit Lu).

Banoffees fait maison, aux îles Canaries

En ce qui concerne les fruits et légumes, nous avons trouvé régulièrement à peu près ce qu’on voulait. Le melon jaune est extra, on a goûté aussi des oranges jaunes-vertes des Canaries, acidulées et juteuses. Les bananes sont très bonnes aussi, l’île de La Palma a des cultures de bananiers sur quasiment toute l’île ! Mais ce qu’on a préféré, même si elles ne viennent sans doute pas des Canaries, ce sont les mangues. Elles sont tout simplement énormes, tenant à peine dans une main, et pas chères du tout ! Un vrai délice:)

Plantations de bananiers sur l'île de La Palma, aux Canaries

Les plantations de bananiers s’étendent à perte de vue sur La Palma.

Mangue achetée aux îles Canaries Mangue découpée par Damien, pour le dessert

 

Du poisson, encore et toujours !

Enfin, la spécialité principale des Canaries reste avant tout le poisson. Eh oui, c’est bien le plat proposé par la majorité des restaurants, on trouve peu de viande au final. Il y en a à vendre aux supermarchés et dans les restaurants, mais on comprend vite qu’ici c’est vraiment le poisson le plus important. Dommage pour Anaïs, ce n’est pas encore son plat favori ! Espérons que ça viendra avec le temps, on risque en naviguant autour d’îles d’en trouver plus souvent qu’une entrecôte.

6 commentaires

  1. J’admire les gens qui, comme vous, partagent leurs expériences avec autant de minutie. Je n’irais sans doute jamais aux Canaries mais j’y suis un peu allé avec vous. Merci

    1. Merci beaucoup ! Il ne faut jamais dire jamais, c’est une si jolie destination 😉 pas besoin d’y aller bateau non plus d’ailleurs. Très heureux de vous avoir fait voyager !

  2. MERCI ! actuellement à Arrecife , nous préparons un printemps / été aux Canaries et vos conseils nous seront utiles ! pour info les bandes métalliques autour des palmiers n’est pas là pour la récolte du « miel » mais pour empêcher les rongeurs de monter ….
    j’ai reçu mon Raspberry , reste maintenant à suivre les conseils de Damien ….
    encore merci et bonnes navigations.
    Pierrick sur eloyse

    1. Merci pour la précision 🙂 N’hésitez pas si vous avez des questions sur le Raspberry ! Bon prochain séjour aux Canaries !

  3. merci pour ces explications nous allons en tenir compte étant de passage avant la route vers la guadeloupe

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :