Bahamas – Formalités administratives (en bateau) et wifi

Le bâtiment des Customs sur l'île de Mayaguana aux Bahamas.

Nous sommes arrivés aux Bahamas par le sud-est, depuis les British Virgin Islands. La première île rencontrée sur notre chemin fut donc Mayaguana. Une grande île en forme de banane, dont le mouillage à l’ouest est protégé par une barrière de corail, quasiment déserte, hormis un minuscule village où on peut y faire sa clearance d’entrée.

Note : Les Bahamas représente une myriade d’îles plus ou moins grandes et d’îlots tout petits, la plupart regroupés sous un nom d’archipel, comme par exemple les Exumas. Répartis à l’est de la Floride et au nord de Cuba, tous ces archipels et même certaines îles solitaires comportent un port d’entrée et de sortie de territoire.

En raison des profondeurs peu importantes dans le lagon de Mayaguana, nous devons mouiller assez loin du rivage, ce qui nous oblige à effectuer un long trajet en annexe pour le rejoindre. Et humide, les embruns des vagues levées par le vent nous mouillent rapidement ! Mais la chaleur a vite fait de nous sécher, qu’il fait chaud une fois à terre !

On accroche notre annexe sur le petit ponton de pierre, après avoir suivi un minuscule chenal entre les herbes sous-marines. La vue est agréable, les cocotiers font le charme sur la petite plage. L’unique route à suivre mène au village, passant à travers des marais, on ne peut pas vraiment se perdre… Et c’est l’un des premiers bâtiments sur la gauche qui nous intéresse, customs et immigration !

La climatisation à l’intérieur du petit bureau est très bienvenue. Tout se fait au même guichet ici, pas de différence entre customs et immigration. Nous devons remplir plusieurs formulaires, dont les « cruising permit » et « fishing permit ». L’employée nous confirme que la taxe d’entrée est bien de 300$US, comme nous avions vu, pour un voilier de longueur supérieure à 35 pieds. Dommage pour nous, pour 2 pieds seulement, Manwë en mesurant 37 ! Sinon ça aurait moitié prix !

Eh oui, cher les Bahamas… Mais cette somme donne le droit de rester 365 jours sur le territoire, contrairement à des taxes également élevées pour d’autres pays des Caraïbes qui eux, n’accordent que quelques semaines, voire quelques jours. Bon, nous ne resterons pas un an aux Bahamas bien sûr, mais c’est bon à savoir. La clearance comprend également le permis de pêche, qui autorise toute sorte de pêche dans les zones en dehors des réserves naturelles. Au moins c’est clair, pas comme aux BVI où on n’a jamais su si on avait le droit ou pas…

Après avoir réglé nos formalités d’entrée, nous profitons du wifi gratuit disponible dans le petit bureau, plutôt sympa. Il est temps ensuite de retourner à bord de Manwë et de repartir pour une autre destination de l’archipel, plus attrayante.

Mayaguana présente en effet peu d’intérêt à première vue, les autres lagons étant trop peu profonds pour nous et celui où nous étions, au nord-ouest, étant assez agité malgré la barrière de corail. On aurait très bien pu y faire du kitesurf par contre, car le vent soufflait bien fort !

 

Clearance de sortie

 

En fait, il n’y a pas vraiment de clearance de sortie à faire aux Bahamas. Enfin, en plus de ce que nous avions lu sur internet par ci, par là, c’est un employé de la marina de Chub Cay, aux Berry Islands, qui nous l’a confirmé. Le permis de navigation est temporaire, valable un an, du coup, il n’y aurait pas de papier de sortie.

Problème évidemment, l’entrée dans le pays suivant, à savoir le Guatemala ! Il faut toujours avoir un papier de sortie tamponné du pays précédent pour les formalités suivantes, on le savait bien pourtant (sauf quand on arrive aux Antilles françaises où là, pour les Français, ils se moquent bien d’où on vient). On a donc failli avoir quelques soucis à la capitainerie du Guatemala. Comme quoi, nous aurions du insister aux Bahamas pour avoir au moins une attestation ou quelque chose, prouvant que nous quittons bien le territoire…

 

Recherche de wifi au sein des Bahamas

Mayaguana

Comme je l’ai mentionné plus haut, nous avons pu nous connecter au wifi gratuitement du petit bureau des Customs/Immigration sur Mayaguana. Difficile sur les chaises d’amener son ordinateur mais c’est toujours agréable de pouvoir utiliser internet même depuis son téléphone. La météo étant bien entendu notre recherche principale durant notre séjour aux Bahamas, surveillant de près les éventuelles situations cycloniques !

 

Long Island

Ensuite, c’est au nord de Long Island, à Calabash Bay, que nous avons pu retrouver du wifi. En effet, à Clarence Town sur la côte est de l’île, tout semblait fermé et la petite marina ne le laissait à disposition que des clients. Mais au nord, nous avons pu utiliser gratuitement celui de l’hôtel Cape Santa Maria Beach Resort. On avait quand même pris une bière sur place mais c’est hors de prix ! Le personnel, très sympa, nous laissait aller et venir sans souci, profitant même des transats à l’ombre!:)

 

Exumas

Après, nous avons navigué le long des Exumas, du sud au nord. Et nous avons pu nous reconnecter à la civilisation environ toutes les trois îles (ou « cays »). Il y avait sans doute des possibilités dès George Town au sud, mais nous n’avons pas pris le temps de chercher.

C’est plus au nord, sur Little Farmer’s Cay, que nous avons retrouvé du wifi, dans le bar/restaurant Ocean Cabin. Là, les bières avaient un tarif bien plus raisonnable et la connexion fonctionnait très bien.

Puis, nous sommes montés au nord de l’île suivante, Great Guana Cay, pour visiter rapidement le petit village de Black Point. Le Lorraine’s Cafe offre lui aussi une connexion internet, peu puissante, mais gratuite. On aura même pas eu besoin de consommer…

Au nord des Exumas, la petite marina de Highbourne Cay est privée, comme toute l’île d’ailleurs. Mais nous avons quand même tenté notre chance, malgré les tarifs exorbitants indiqués pour tout visiteur autre que client de la marina… Et nous avons bien faits, en demandant au restaurant au-dessus de la plage, nous avons pu utiliser le wifi local. Seulement avec nos téléphones, impossible de connecter notre tablette… Mais c’est toujours bien utile. Par contre, les boissons sont là encore très chères !

 

Nassau

Nous avons eu la chance de croiser l’équipage belge de Loustic dans une des marinas de Nassau, nous-mêmes étant au mouillage. Eux attendaient des coéquipiers pour leur transat retour. Ce fut très pratique, ils nous ont gentiment proposé d’amarrer notre annexe à leur catamaran pour profiter de la présence proche d’un Mall derrière la marina. Ce qui nous aura évité de faire un grand détour et d’errer de longues minutes avant de trouver quoi que ce soit dans cette immense ville !

Juste en traversant la route qui passe devant les marinas, il y a un Starbucks. Quelle joie de retrouver à la fois la climatisation, le wifi (qui fonctionnait très bien) et des bons Frappuccino glacés!:)

Note : Ne pas confondre Nassau avec Paradise Island, l’île remplie d’hôtels juste en face, reliée par deux immenses ponts sous lesquels nous avons pu passé avec notre voilier. Les marinas là-bas sont plus pour les gros yachts^^

 

Berry Islands

Pas de chance ensuite aux Berry Islands, notre étape suivante au nord-ouest. La marina sur Chub Cay, là où nous nous sommes arrêtés, est complètement privée, il faut payer une carte pour y accéder. Pas d’internet donc pour nous là-bas…

 

Bimini Islands

Quant aux Bimini Islands, notre dernière escale aux Bahamas, c’était aussi peine perdue. Nous nous sommes arrêté à North Cat Cay. La marina (tout comme l’île) est également privée mais cette fois-ci, on a pu y débarquer. Un wifi ambiant au sein de la marina est disponible mais impossible pour nos téléphones de s’y connecter…. L’accès en était payant, le montant à régler est directement sur internet via sa carte de crédit. Mais nous ne savons même combien ça coûte étant donné que ça ne fonctionnait pas pour nous.

Note : Heureusement, une des hôtesses d’accueil de Cat Cay Marina nous a très gentiment prêté son ordinateur afin qu’on puisse regarder la météo pour les jours à venir.:) On était un peu stressés à ce sujet avant notre grand départ pour le Guatemala !

1 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :