Formalités administratives (en bateau) et Wifi à Antigua & Barbuda

Vue sur Deep Bay depuis le fort sur la colline, à Antigua.

Clearance d’entrée

Alors à Antigua, c’est long, mais long !! Nous avons mouillé à Jolly Harbour sur la côte ouest, après notre navigation depuis Deshaies en Guadeloupe. Pour remplir ses formalités, il faut se rendre en annexe tout au fond du port, devant le bâtiments des customs/immigration, annoncé de loin grâce à un pavillon jaune (pratique). Un ponton à annexe, un petit bâtiment, trois portes. La première indique « Customs », la seconde « Immigration » et la troisième « Port Authority » (ou quelque chose de ce genre). Bon, nous sommes au bon endroit.

Pour tout dire, j’hésitais à débarquer avec Damien. On nous avait dit que normalement, seul le skipper est habilité à descendre à terre, le reste de l’équipage devant rester à bord tant que la clearance n’est pas effectuée. Eh bien, j’aurais mieux fait ! Les agents (plutôt nombreux en plus) font entrer Damien mais je dois en effet rester à l’extérieur. Seul le skipper remplit les papiers. J’ai donc du attendre en plein soleil pendant quasiment une heure !! Le temps que Damien passe par tous les bureaux, sachant qu’il y avait en plus du monde avant lui. J’étais ravie… Je conseille donc au reste de l’équipage de bien attendre sagement au bateau, c’est tout aussi utile !

Et comme si cela ne suffisait pas, un représentant du gouvernement, ministre ou autre, est venu visiter le local. Avec évidemment toute une suite de conseillers et un photographe, ce qui a un peu bousculé les procédures. Le terme de patience prend ici tout son sens…

Après avoir rempli un formulaire sur le site eSeaClear, aux Customs, qu’on peut apparemment faire sur internet en amont, plus toutes une successions de feuillets papiers à faire tamponner et à emmener de bureaux en bureaux (parfois avec un retour dans le bureau précédent), ouf, Damien commençait à en voir le bout. Il se déleste de 30 $EC (soit 9,20€ environ), pas une grosse somme heureusement, et c’est ok, nous sommes en règle.

Note : Remplir sur internet le formulaire eSeaClear avant d’arriver peut être utile. Mais il ne faut pas rêver, quelques minutes seront sans doute économisées mais la procédure reste quand même longue…

 

Clearance de sortie

 

Là est tout le souci, car nous voulions nous rendre à Barbuda. Or, il n’y a plus rien à Barbuda suite au passage du cyclone Irma en septembre 2017. Les habitants avaient été évacués de l’île, les hôtels et la ville principale abandonnés. Quelques locaux commencent à revenir, à reconstruire, à se recréer une vie dans ce paysage dévasté. Mais on ne peut pas y faire sa sortie de territoire.

Nous nous sommes renseignés à Jolly Harbour, si nous faisons notre sortie sur Antigua, nous avions le droit de passer jusqu’à 4 jours sur Barbuda puis quitter l’archipel. Trois choix s’imposaient donc à nous :

– Aller à Barbuda couvert par notre clearance d’Antigua, puis revenir faire nos formalités de sortie à Antigua. Cela impliquait une navigation aller-retour qui nous aurait pris beaucoup de temps. Nous n’étions pas très motivés par cette solution, même si elle s’avérait la plus « légale ».

– Aller à Barbuda couvert par notre clearance d’Antigua, puis quitter l’île pour St Barth sans faire de formalités de sortie. Au moins, nous serions en règle sur Barbuda. Seul souci, il est presque impossible ensuite de revenir dans l’archipel. Nous avons entendu dire que la pénalité est de 1000€ pour ceux qui reviennent sur Antigua après le temps imparti, sans avoir fait au préalable une sortie de territoire. En effet, ils scannent les passeports et enregistrent tout numériquement. Pas drôle… On peut opter pour ce choix en sachant que l’île suivante sur la route est St Barth (voire St Martin). Le système français de clearance en voilier n’impose pas de contrôler le papier de sortie du territoire précédent. Ouf, car dans un autre cas, sur une autre île antillaise, il aurait été obligatoire !

– Enfin, troisième solution, faire notre sortie à Antigua puis aller sur Barbuda. C’est le choix que la plupart des plaisanciers font et ça fonctionne si on ne reste que quelques jours. Mais si on retrouve contrôlé et qu’on n’a pas de clearance alors qu’il le faudrait, là, nous avions entendu des amendes avec des sommes telles que 2000€ !

Nous avons fini par choisir la deuxième solution. Parce que nous ne savions pas combien de temps nous resterions sur Barbuda. Au final, nous y sommes restés 5 jours. Et nous préférions être en règle à ce moment-là, plutôt que de pouvoir revenir sur ces îles à une hypothétique date dans le futur. Reviendrons-nous vraiment ? Et si c’est dans plusieurs années, peut-être y aura-t-il prescription ?

Pour conclure, on ne sait pas s’il y vraiment une bonne ou une mauvaise solution, à chacun de faire son choix !:)

 

Wifi sur les îles Antigua & Barbuda

 

Nous avions décidé de faire une petite pause avec les connexions internet. Pause bien méritée car finalement, nous n’arrêtions pas de nous connecter et de « travailler » pour notre blog ou les réseaux sociaux en Guadeloupe, grâce à mon forfait qui m’offre encore 25 Go par mois (dans les DOM-TOM). A peine au milieu de l’eau entre la Guadeloupe et Antigua, nous avons Damien et moi switché nos smartphones en mode avion (et surtout pensé comme à chaque fois à déconnecter l’itinérance des données, pour éviter que le téléphone ne se connecte inopinément au réseau internet local). Après nos quelques jours sur la côte ouest, arrivés à English Harbour, il était temps quand même de reprendre contact avec le monde extérieur. Mais cette fois-ci parce que nous en avions tous les deux envie, pas par sentiment d’obligation.

Coup de chance pour nous, le supermarché Covent Garden, face au ponton à annexe au fond d’English Harbour, propose du Wifi gratuit ! On peut s’installer sur les tables, sous un abri un bois et profiter de la connexion qui fonctionne plutôt bien. Nous avons réussi à faire tout ce que nous voulions avec. Pas d’obligation de consommer, même si c’est agréable d’aller chercher une bière pour 3 $EC (soit moins de 1€) à l’intérieur du petit supermarché:)

A Barbuda, pas de réseau du tout, il ne reste plus rien sur l’île. Mais nous n’avons été mouiller qu’à la pointe sud, à Cocoa Point. On ne sait pas si on pouvait trouver du Wifi ou non dans la ville à l’ouest.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *