Panama – Formalités administratives (en bateau), wifi et réseau

Pavillon du Panama, cousu main.

Nous sommes arrivés au Panama, à Bocas del Toro précisément, quelques jours avant Noël. Après une navigation peu agréable depuis le Bélize et un (très) court stop sur l’île hondurienne de Guanaja. Nous voilà sur la côte de notre dernier pays côté Atlantique, avant notre future grande aventure côté Pacifique !

Après avoir mouillé de nuit sous Bastimentos, une des îles de l’archipel de Bocas del Toro, au nord-ouest du Panama, nous bougeons au petit matin pour Bocas Town, sur Isla Colón. D’après le guide nautique, Cruising Ports : The Central American Route (sans doute plus à jour…) il est indiqué qu’il faut s’annoncer sur le canal 16 à la Capitainerie (Port Captain) et s’amarrer ensuite au quai pour les formalités.

Pavillon Q jaune et pavillon du Panama (fait maison !) hissés, nous voilà proche de la ville. Malheureusement, nos appels à la VHF restent sans réponse. Et quand nous apercevons le quai probable au sud de la ville, il nous laisse perplexe. Sa taille fait plutôt penser à un usage pour les gros navires… On opte alors pour une place au mouillage entre Bocas et Isla Carenero.

Customs et Immigration à bord

Au final, rien à voir avec ce qui est écrit dans le livre de navigation ! Il faut en fait rester à bord de son bateau car les autorités se déplacent pour les formalités. Bon, pour s’annoncer, pas évident, on est bien obligé de mettre pied à terre pour dire qu’on est là aux bureaux de la Capitainerie !

Carte de Bocas Town au Panama.
Le point rouge indique le Port Authority à Bocas Town.

 

On attend ensuite patiemment sur Manwë la venue des agents. C’est une lancha avec 4 personnes à bord qui viendra se mettre à couple de notre bateau. Un représentant des Customs et un de l’Immigration montent à bord, ils me posent quelques questions tout en remplissant eux-mêmes les formulaires d’usage. Damien, lui, est appelé sur la barque pour les mêmes questions habituelles (d’où venez-vous, combien de temps vous restez, etc.).

Maple, un catamaran ami mouillé juste à côté, nous avait prévenu qu’ils pouvaient fouiller le bateau, surtout pour vérifier la nourriture mais il n’en fut rien pour nous. Une simple réponse de ma part, indiquant que nos produits consommables proviennent du Guatemala, leur suffira. Maple venait des îles de la Baie au Honduras, peut-être cela nécessitait une vérification…

Note : Nous avons omis volontairement de mentionner nos stops au Bélize et à Guanaja. Car nous n’avons pas fait de clearance dans ces pays, notre Zarpe (papier de sortie) datait du Guatemala et indiquait comme prochaine escale le Panama.

Tous les agents furent vraiment très sympathiques et très accueillants. Une fois les formalités remplies, les passeports tamponnés et la taxe réglée, 90 $US pour les Customs et Immigration (un montant qui dépend aussi du nombre de personnes à bord), ils nous ont souhaité chaudement la bienvenue dans le pays. Et nous ont même gratifié avec un grand sourire d’un « Vous êtes libres maintenant, vous pouvez aller où vous voulez ! » Que demander de plus ?:)

Note : Le Panama utilise majoritairement le dollar américain. Ils ont aussi leur propre monnaie, le Balboa, au même taux que le dollar US. On reçoit parfois quelques pièces en retour de monnaie, mais les distributeurs nous donnent des billets US.

Par la suite, en se branchant sur le canal VHF 69 pour rester en contact avec Maple, j’ai entendu des conversations en espagnol comme un dialogue entre un bateau et une capitainerie. C’était peut-être l’arrivée d’un voilier dans une des petites marinas sur les îles aux alentours, mais ça vaut le coup d’essayer sur ce canal quand on arrive à Bocas, et non sur le 16 !

Ne pas oublier le Cruising Permit !

C’est noté sur Noonsite et autres sources internet qu’il est nécessaire d’avoir un Cruising Permit au Panama, en plus des formalités Customs et Immigration décrites ci-dessus. On a quand même bien demander aux agents venus à bord la confirmation qu’il fallait ce Permis de Navigation… Il ne se fait d’ailleurs pas du tout à Bocas, mais dans une petite ville sur le mainland, Almirante.

 

Carte de Almirante dans la baie de Bocas del Toro au Panama.
Almirante, la ville où il faut se rendre pour avoir le Permis de Navigation.

Note : Impossible de rejoindre cette ville par annexe, c’est beaucoup trop loin. Damien attrape un water taxi à Bocas, pour 10 $US l’aller/retour. Il y a des départs toutes les demi-heures et c’est environ 25 min de trajet.

Une fois à Almirante, il remplit à l’Autoridad Maritima de Panama les papiers nécessaires et paye 185 $US pour le permis correspondant à notre bateau (plus de 10 m de long). Ensuite, c’est quitte ou double, on lui demande de revenir soit quelques jours plus tard le chercher, c’est-à-dire après les fêtes de Noël, soit d’attendre seulement quelques heures afin qu’il soit envoyé dans l’après-midi même. Damien préfère attendre, ça durera quasiment la journée entière, mais au moins pas besoin de revenir !

Sortie du pays

Nous avons effectué notre clearance de sortie à Flamenco Marina, sur la presqu’île Amador, côté Panama City. Nous étions alors au mouillage de Las Brisas tout proche.

Aucun problème pour la sortie, tout est au même endroit et c’est assez rapide. Il faut aller au Port Authority à l’étage du bâtiment Duty Free, avec tous les papiers d’entrée, passeports, papiers du bateau. Quelques photocopies sont nécessaires mais le bureau du port (porte voisine) s’en occupe (ça nous a coûté 2,50 $US).

Nous réglons ensuite la somme de 5,70 $US pour la sortie, avant de passer à l’Immigration (toujours au même étage) pour notre tampon sur le passeport !

Note : Seul souci, on dispose de 48h pour quitter le pays. Or, difficile à prévoir quand on attend le bon vent pour la Polynésie… Normalement, ils ne contrôlent pas vraiment au mouillage ni à Las Perlas.

Wifi au Panama

A Bocas del Toro, dans la ville principale, il y avait du wifi dans quasiment tous les bars ou restaurants. Ça fonctionnait plutôt bien au restaurant Be Nice (moyennant une consommation). A l’hostel Selina, c’était même possible de se connecter gratuitement ! Il y a tellement d’allées et venues de backpackers qu’on passait inaperçu à s’installer à une table. Par contre, le wifi ne marchait pas toujours très bien…

Selina hostel à Bocas del Toro, pratique pour se connecter à internet.
Petite vue depuis l’hostel Selina…

A la marina de Shelter Bay, à l’entrée du canal, il faut payer 10 $US pour obtenir un code pour une semaine si on est au ponton. Mais on peut avoir le code de The Docking Restaurant sur place, on a même réussi avec à tenir un appel vidéo Skype.

A Portobello, le wifi fonctionne bien au bar-restaurant Casa Vela, sympathique en plus avec sa vue sur la baie. A Linton Bay Marina plus à l’est, il y a une faible connexion à la station essence, pas besoin de consommer pour se connecter au moins. Aucun wifi à Panamarina de l’autre côté de la mangrove.

Côté Panama City, on peut trouver des wifi gratuits aux arrêts de bus et dans les centres commerciaux (InternetParaTodos, Cable Onda, Wigo, etc.). Très pratique ! Mais assez peu performant, ça suffit pour Whatsapp et les mails. Sur la presqu’île Amador, le wifi des marinas est réservé exclusivement aux clients malheureusement, mais on a réussi à obtenir celui de La Playita (pour le coup, ça marche bien!). Sinon, le restaurant Beyrut propose une connexion correcte.

Carte SIM et forfait local

On s’est résigné quand même à acheter à Bocas une carte SIM avec 1,5 Gigabytes de données et quelques minutes pour téléphoner pour un mois, le tout pour environ 15 $US. On en a surtout besoin pour appeler pour les formalités du canal, il y a plusieurs coups de téléphone à passer localement, c’est pratique d’avoir une carte SIM locale.

On nous avait conseillé de prendre le réseau + Movil, qui aurait soi-disant une bonne couverture sur le Panama mais nous avons été bien déçu. La connexion est très mauvaise pour aller sur internet le long de la côte ! Mieux vaut partir sur Digicel, ça avait de fonctionner bien mieux.

2 commentaires

  1. Hello, pour moi les formalités de douane et émigration m’ont couté 110$. il m’ont fait payer la Lancha qui a acheminé les officielles à mon bord. Ils m’ont gonflé avec le Crossing Permit qu’il faut aller chercher à Almirante encore 185$ je crois que je n’ai jamais payer aussi cher pour l’acces à un pays. Pour ma part Colon ce sera début de semaine prochaine ou je ferais ma réservation du canal ( il me faudra bien une semaine compte tenu de mes competances e anglais) et ou je vous attendrais pour le passage du Canal. A bientôt les amis.

    1. Salut Claude ! Ah oui en effet ça revient pas mal cher pour le Panama du coup… Je ne comprends pas pourquoi ils t’ont fait payer aussi cher pour l’immigration et les douanes… Nous on est toujours devant Linton Bay on part aux San Blas demain et on revient le 2 pour récupérer les parents de Damien. Ne reste pas longtemps dans la baie de Colon c’est horrible en tant que mouillage, ça roule à fond. On se croisera dans les parages !
      A bientôt !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :