Avec quoi on prend nos photos et vidéos ?

Notre matériel photographique à bord de Manwë.
On vous explique ici ce qu’on a choisi d’emporter avec nous à bord de Manwë en tant qu’appareils photo et autres gadgets de ce genre. C’est un domaine qui n’est pas à négliger, au risque de regretter de ne pas avoir le matériel adapté.

 

Appareil photo, objectifs et accessoires

 

Je voulais dans un premier temps profiter de notre voyage en bateau pour apprendre un peu l’art de la photographie. De plus, l’idée de revenir du périple de sa vie avec des photos médiocres me semblait vraiment dommage… Je voulais donc acquérir du matériel de type reflex ou hybride. N’y connaissant vraiment pas grand-chose, j’ai commencé par apprendre les bases de la photo en suivant quelques cours sur internet.

Mes deux critères principaux étaient de trouver un appareil assez compact pour pouvoir rentrer facilement dans un sac mais aussi discret pour passer partout et surtout ne pas trop attirer l’attention. Il ne s’agit pas d’avoir l’étiquette « touriste » collée sur son front dès qu’on sort, il y a sans doute de nombreux endroits où nous irons où ce n’est pas forcément très malin.

En outre, l’environnement marin entraîne une humidité dans (et sur) le bateau plutôt élevée. Je me suis penché donc sur la résistance de l’appareil.

J’ai donc opté pour un hybride, le Olympus OM-D E-M5II, qui remplissait tous ces critères, malgré un prix un peu plus élevé qu’un appareil photo hybride entrée de gamme. Mais toujours dans notre budget.

L’objectif fourni en kit est un objectif zoom : le Olympus 14 – 150mm F4.0-5.6 II. Il n’est pas trop lumineux mais il peut me servir dans plusieurs situations.

J’ai acheté en plus un objectif fixe très lumineux et grand angle, le Olympus Zuiko 17mm f1.8, que j’utilise presque tout le temps, additionné à un filtre polarisant. J’espère pouvoir prendre de belle photos de paysage, des portraits mais aussi des photos en basse lumière. D’ailleurs, le genre de photos qui je pense m’intéresse le plus sont vraiment les photos de paysage (plutôt que la ville par exemple), et j’adorerai vraiment apprendre à faire des photos de nuit, du ciel étoilé… Mais bon, il y a du boulot !

Lors du départ de mon entreprise, mes anciens collègues m’ont offert un trépied 😉 Je compte bien m’en servir pour justement pouvoir percer dans la photographie basse lumière.

La majorité des photos sur notre blog ont donc été prises avec notre appareil. Mais pour pouvoir les publier sur le web, nous sommes obligés de les traiter et de les compresser avec un logiciel, ce qui réduit malheureusement leur qualité.

 

GoPro pour les vidéos et les moments sous l’eau

 

Nous avons également à bord une GoPro Hero 3 black, qui nous sert surtout pour des vidéos sous-marines. Bon, j’avoue, nous avons un peu la flemme de les traiter derrière et d’en faire de belles vidéos à mettre en ligne. On espère se motiver petit à petit ! Surtout que nous avons choisi l’ordinateur d’Anaïs en fonction de ça aussi, pour pouvoir supporter le traitement des images/vidéos.

Smarphones en complément

 

Sinon, nous faisons également des photos avec nos deux téléphones portables. Par exemple, quand on va en ville, on a pas forcément envie de porter le sac de l’Olympus… Ou quand nous allons sur une plage à la nage depuis le bateau, on peut mettre un téléphone dans une petite pochette étanche, si besoin de prendre quelques photographies sur place.

Nos deux portables commencent à avoir un peu d’âge, j’ai le Honor 5 de Huawei et Anaïs a un OnePlus One. Ils tiennent encore plus ou moins leur batterie et leurs photos ne sont pas si mal. Tant qu’ils fonctionnent, on va garder ces deux-là !

 

Révision 2020

 

Après plus de 2 ans de voyage, je reviens vers vous pour vous donnez nos retours sur le matériel photo et vidéo choisi pour le voyage.

L’Olympus OM-D E-M5II nous convient très bien. On utilise équitablement les deux objectifs décris au-dessus. Le zoom ou le filtre polarisant ont tout les deux leurs avantages. L’objectif fixe avec une grande ouverture est parfait pour des photos en basse lumière, j’ai réussi à faire des photos de la voûte céleste dont je suis très satisfait.

Photo de couple en amoureux sous la Voie Lactée à Makemo.

 

La GoPro 3 commence à vraiment dater par contre… Il manque clairement un stabilisateur ! Pour s’investir plus dans le montage vidéo, il faudrait utiliser un des modèles plus récent, qui sont assez incroyables.

 

Nouveau téléphone, nouvel ordinateur et surtout un drone !

Nous avons changé de smartphone. Le Samsung Galaxy S8 d’Anaïs fait des photos et vidéos de très bonnes qualités ! Quant à moi, j’ai acheté d’occasion un Huawei qui peut être utilisé pour des photos en plan B quand on a oublié le reste.

Pour le montage vidéo, j’ai aussi du investir dans un nouvel ordinateur, un HP, avec un processeur plus puissance et plus de mémoire vive. Je suis parti sur un i5-8300H et 8 Go de RAM, ainsi qu’une carte graphique Geforce GTX 1050 (mais ce n’est pas nécessaire pour le montage vidéo, c’est pour pouvoir jouer !)

Pour le traitement des photos, nous utilisons toujours la Microsoft Surface Pro 4 qui convient parfaitement.

Enfin nous avons craqué et acheté un drone ! Pour des prises de vue du ciel vraiment époustouflantes ! C’est vraiment magique de découvrir les couleurs d’en haut. Nous avons acheté un drone DJI Mavic Air, qui est vraiment très compact, léger, et performant en terme de prise de vue et vitesse de vol. Au cas-où il y a du vent, il peut logiquement tenir 25 nœuds, mais je ne suis pas fou non plus !

Lancement du drone sur le mont Rotui pour admirer la vallée d'Opunohu.

Vue drone du mouillage de Makemo avec le Dji Mavic Air.

 

Il ne manque finalement plus que de la motivation pour monter les tonnes de vidéos prises durant le voyage:) Car pour les photos, on arrive plus facilement à vous les partager, c’est tout de même plus facile.

 

Mise à jour – Octobre 2019

 

Hélas nous avons eu un problème technique avec notre drone. En plein milieu d’un vol au dessus du lagon de Huahine (lien), le drone n’a plus reconnu sa batterie et a donc chuté sans me laisser le temps de me positionner dessous avec l’annexe. Résultat, il a atterri dans l’eau et a coulé dans 20 mètres de profondeur ! Après une heure d’allers et retours fond-surface en apnée, j’ai fini par l’apercevoir et le récupérer. Il était évidemment hors service. Mais nous l’avons tout de même renvoyé à Amazon, via les parents d’Anaïs qui étaient venus nous voir sur le bateau et qui l’ont pris avec eux dans leurs bagages.

Note : Nous avions en effet acheté ce drone sur Amazon en France. Lors du retour, Amazon a donc envoyé le drone défectueux avec DJI et nous recevions à la fois des nouvelles par mail de DJI et d’Amazon.

Si ça vous arrive, sachez vous défendre un peu pour la garantie et surtout, être patient ! DJI a premièrement refusé la garantie sous prétexte que les dégâts étaient du à l’immersion dans l’eau salée. Vrai mais pourquoi il y a eu de l’eau ? Problème technique, et non ma faute…

Après avoir insisté, ils ont fini par me demander les enregistrement de vol, contenus dans l’application du téléphone qui faisait voler le drone. Ainsi, ils ont pu déterminer qu’effectivement le drone avait eu un problème avant de tomber dans l’eau. Ils ont finalement accepter de nous renvoyer une unité neuve.

Tout content, je pensais récupérer un drone tout neuf, rapporté par la venue de mon cousin dans les mois qui viennent ! Eh bien non, car nous avons eu un autre problème, cette fois-ci avec Amazon… Lors du transfert retour entre DJI et Amazon, Amazon a juste égaré notre nouveau drone ! Après de multiples échanges de mails et sur le chat (très pratique quand sur Amazon, les conseillers sont connectés pile quand nous, nous dormons, avec le décalage horaire), ils ont fini par nous rembourser la valeur du drone que nous avions acheté au départ. On ne s’en sort pas si mal, mais bon, sans drone désormais. Car je ne compte pas en racheter un tout de suite, nous verrons par la suite.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *