Sur les sommets de La Gomera

Anaïs face à Tenerife et au Teide, depuis el alto de Garajonay.

Après avoir arpenté la veille la forêt de laurisylve en descendant les pentes d’une des vallées de La Gomera, nous avons décidé ce jour-ci de nous élever sur les sommets de l’île.

 

El Alto de Garajonay

 

Premièrement, réveil tôt pour profiter encore une fois de la belle lumière et de la fraîcheur du matin pour nos randonnées. Ensuite, direction le sommet le plus haut de l’île, El Alto de Garajonay, qui culmine à environ 1500 m de hauteur !

Pour y accéder, on s’est garé sur le même petit parking que la veille sur la route GM-2, el Contadero, et là, un panneau au bord de la route indique la direction de la « Ruta 7 » qui monte jusqu’en haut de l’ancien volcan.

La montée n’est pas très longue ni très dure, nous avons quelques courbatures de la veille mais ce n’est pas difficile d’accéder au premier point de vue, un « mirador », sur Tenerife et son immense volcan, le Teide, encore une fois perdu au milieu d’une épaisse mer de nuages.

Encore un petit effort après ce stop et ça y est, nous sommes au point culminant de l’île de La Gomera !

C’est tout d’abord un site archéologique : un autel que les premiers habitants des îles Canaries utilisaient pour leurs prières et leurs rites et pour effectuer des sacrifices en l’honneur de leurs dieux. Mais c’est aussi un formidable point de vue à 360° sur toute l’île de La Gomera. On peut voir les forêts anciennes de lauriers dévaler les pentes au nord (présentes grâce à l’humidité des alizées qui balayent le nord de l’île) et les vallées plus arides au sud. Et au loin, on peut apercevoir les trois îles voisines de l’archipel des Canaries : Tenerife bien sûr, La Palma et El Hierro. Les trois semblent flotter au dessus des nuages à cette heure de la matinée, ils se dissipent ensuite dans l’après-midi. On voit d’ailleurs à peine la différence à l’horizon entre le ciel et la mer, c’est vraiment majestueux !

On redescend vers notre voiture, un autre sommet nous attend. On aura mis environ 1h pour faire cette balade, nous avons encore tout le temps d’aller grimper ailleurs !

 

La Fortaleza de Chipude

 

Cette fois-ci, nous visons la Fortaleza de Chipude. C’est un large plateau au sud-ouest de l’île, que l’on voit d’ailleurs très bien depuis el Alto de Garajonay où nous étions précédemment.

Il faut quitter la route GM-2 et se diriger vers le village de Chipude. De nombreux sentiers de randonnée partent de la petite route empruntée, aux abords du village, avant et après. Il n’est pas facile de savoir lequel nous mènera au sommet de la Fortaleza !

Nous continuons notre route en voiture vers Pavón, un minuscule village juste après Chipude. On se gare ici, quasiment au pied du plateau et on commence à monter à pied une petite route (ou plutôt un large chemin) sur quelques centaines de mètres.

Panneau de direction pour monter en haut du sommet de la Fortaleza.

Petite route qui monte vers la Fortaleza de Chipude.

Ouf, nous sommes rassurés, même si le plateau est juste au dessus de nous et qu’il serait difficile de le manquer, nous sommes bien sur la bonne voie, un panneau un peu plus loin indique « La Fortaleza, 0,7 km ».

Panneau d'indication vers la Fortaleza de Chipude.

Oui, eh bien, 700 m, ce n’est pas beaucoup me direz-vous, mais ça monte dur ! Et surtout, je retrouve ici ces fameuses marches (de pierres cette fois-ci et non de bois) si chères à cette île, mes courbatures de la veille commencent à se réveiller… Au moins, on ne pourra pas dire que les habitants de La Gomera ne prennent pas soin de baliser leurs sentiers de randonnée ! Tous ceux que nous avons pratiqués étaient plutôt bien indiqués et surtout, aménagés pour tous, avec des marches dans les montées, des pierres pour marquer les chemins à prendre et des panneaux d’information plantés régulièrement (voire même des audio-guide à écouter via une application sur son smartphone!).

Nous continuons notre montée sous le soleil qui, malgré l’heure encore raisonnable de la matinée, commence à bien nous chauffer les joues.

De loin, le reste du sentier pour monter en haut du plateau et passer la falaise est invisible. Mais il y a bien un escalier qui serpente entre les roches. Il est très abrupte et il n’y a pas de sécurité. Attention à ceux qui ont le vertige ou qui n’ont pas le pied sûr ! Mais en y allant doucement, ça le fait, nous passons enfin sur le beau plateau de La Fortaleza de Chipude, avec une vue là encore à 360° sur les vallées environnantes. On devine la petite ville de Valle Gran Rey au fond de l’une d’elles vers le sud-ouest.

Nous mangeons un morceau sur les hauteurs, profitant de cette belle vue, tout en apercevant au loin el Alto de Garajonay où nous étions plus tôt dans la matinée. Puis, il est temps de faire le chemin retour, le soleil commence à taper ! Nous avons mis là-aussi environ 1h pour faire cette randonnée, sans compter notre pause pique-nique.

L’après-midi sera consacrée à la plage à Valle Gran Rey, même si ce n’est peut-être pas la meilleure des idées… En ce début d’après-midi, en plus du soleil qui chauffe la peau, c’est le sable noir des plages canariennes qui brûlent les pieds ! L’eau est bonne à cet endroit de l’île (plus chaude qu’à Lanzarote en tout cas!), nous méritons bien un petit plongeon.

La vallée de la ville de Valle Gran Rey sur La Gomera.

Valle Gran Rey et sa vallée de palmiers

Notre voiture de location sur l'île de La Gomera.

Notre petite Fiat Panda louée sur l’île

Retour enfin à San Sebastián, plus d’une heure de route quand même pour retraverser toute l’île dans l’autre sens… Demain, nous ne changerons pas nos habitudes prises ici, à savoir se lever tôt, et profiterons encore de belles promenades avant de partir au mouillage vers le sud, puis pour l’île de La Palma.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *