Est-ce qu’on se sent en sécurité … en Dominique ?

Anaïs marchant dans la forêt pour atteindre le Boiling Lake en Dominique.

Ndlr : On relate ici les ressentis et les rumeurs que nous avons entendus une fois sur place, dans les endroits que nous avons visité (il ne s’agit pas de faire un résumé sur le pays tout entier). cet n’est pas destiné à faire peur mais permet de prendre connaissance de l’ambiance des lieux et donc à agir ensuite avec précaution et sérénité. Évidemment, tout est surtout une question de bon sens, comme n’importe où dans le monde, même en France dans certains quartiers. Certains endroits souvent connus sont à éviter tard le soir par exemple. Ou il est de bon ton de ne pas se promener dans certaines villes avec une montagne de bijoux, un appareil photo dernier cri et autres objets ostentatoires.

Nous n’avons eu aucun souci particulier lors de notre passage sur l’île. Quand on se promène dans Portsmouth, là où nous étions mouillés, les habitants qui ont vécu l’ouragan Maria demandent de temps à autre un peu d’aide financière au coin des rues, mais jamais vraiment en insistant. Les gens sont gentils en général ici, ils viennent t’accoster dans la rue mais c’est souvent pour discuter ou pour proposer un service. Certains sont guides touristiques par exemple et peuvent faire visiter l’île ou accompagner lors d’une randonnée, d’autres veulent juste vendre leurs produits locaux.

Nous n’avons pas beaucoup été embêtés et le peu de fois, on comprend rapidement qu’ils aient besoin de ressources quand on jette un coup d’œil aux alentours et aux conséquences de l’ouragan sur la forêt, les habitations et les voitures ! Malheureusement, on ne peut pas aider tout le monde, nous avons essayé de visiter l’île le plus possible en payant nos pass, au moins nous avons aidé sur le plan touristique.

A Portsmouth, il y a PAYS, une association (Portsmouth Association Yacht Services) qui gère le mouillage tout entier dans la baie et les bouées. Ce sont des Dominiquais ayant chacun une barque à moteur, colorée et nommée de façon plus ou moins amusante. Ces « boysboat » proposent toutes sortes de services pour les plaisanciers : aide pour prendre les bouées, taxi, guides, aide pour remplir le gaz ou autres. On peut les appeler sur le canal 16 en mentionnant directement le nom de leur barque. Ils organisent également des barbecues le week-end, dans leur local en bois PAYS sur la plage.

Note : A notre arrivée et malgré les dégâts de Maria, il y avait un ponton de bois pour amarrer son annexe juste devant le local. Malheureusement, une houle de sud rentrant dans la baie, suite à un coup de vent de sens non habituel, pendant deux jours d’affilée, a eu raison de ce pauvre ponton. Beaucoup de plaisanciers faisaient donc appel à PAYS pour débarquer, d’autres tentaient l’arrivée à la plage dans les rouleaux (pas drôle, nous l’avons testé…).

Avec eux qui circulent très régulièrement entre les bateaux, on se sent vraiment en sécurité. On remontait notre annexe par habitude mais sincèrement, on n’a pas senti une seule fois un danger quelconque, vol ou autre.

Nous avons entendu dire pourtant qu’il y a quelques années, mouiller devant Portsmouth n’était pas de tout repos. La baie était réputée pour son insécurité. Il fallait faire attention à ses affaires et dormir la porte du bateau verrouillée. Pas très agréable ça… Et apparemment, ce serait ces fameux gars qui volaient à l’époque sur les bateaux qui auraient décidé de monter une association ensemble : PAYS ! Ça doit finalement leur ramener plus d’argent:) Bon, nous ne sommes pas sûrs de ces infos, ce sont peut-être seulement des rumeurs…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *