Sardaigne – Le Golfe d’Orosei

Mouillage dans le Golfe d'Orosei en Sardaigne, juste la devant la calanque Goloritze.

Une fois Maya et Florent récupérés à Olbia, nous sommes descendus avec eux le long de la côte Est en direction du Golfe d’Orosei. Nous voulions l’atteindre assez rapidement pour en profiter un maximum de jours, tant la promesse de la beauté de ses falaises et calanques était grande !

Après quelques heures de navigation, nous mouillons dans la soirée devant le port de La Caletta, où nous profitons d’une bonne pizza bien méritée dans la petite ville avec l’ambiance de la demi-finale de la coupe d’Europe de football. Evidemment, c’est le soir où nous avions oublié d’allumer le feu de mouillage ! Lors de notre retour en annexe vers le bateau, en pleine nuit, je n’en menais pas large. J’avais peur que le bateau se soit décroché de son ancre mais non, il était bien là et a fini par apparaître dans la pénombre…

Encore plusieurs heures de navigation seront nécessaires le lendemain pour atteindre le magnifique golfe tant attendu, à la voile mais lentement car sous un vent plutôt calme.

A l’entrée du golfe, il y a le minuscule port de Cala Gonone qui est surtout le point de départ de centaines de bateaux pneumatiques partant à l’assaut des calanques à toute heure de la journée et y déversant un flot continu de touristes. Nous comptions nous y arrêter pour y passer la nuit mais il s’est avéré complet. Plus de place pour la taille de notre bateau ! C’est donc un peu plus au sud, à la Cala Luna, que nous mouillerons pour admirer au soleil couchant ses falaises abruptes, sa plage et passer tranquillement notre soirée devant ce paysage de rêve.

Le lendemain matin, nous sommes allés visiter très tôt la grotte del Bue Marino, un peu plus au nord. Nous étions parmi le premier groupe de touristes à découvrir cette grotte semi-souterraine, avec un guide pour nous expliquer (en anglais ouf et pas en italien) les formations de stalactites et autres curiosités.

La plus belle des calanques du Golfe d’Orosei est sans hésiter la dernière, la plus au sud: Cala Goloritzé. La précédente, Cala Mariolu, malgré de superbes photos sur un prospectus pris à La Caletta, nous a fortement déçue. Plage sale (trop de touristes), photos cadrées avantageusement mais mensongères. Heureusement, Cala Goloritzé a ensuite rempli toutes ses promesses ! Une plage de sable blanc entourée par de gigantesques falaises et surplombée par un immense pic rocheux. En plus avec un temps radieux ! On a vraiment eu de la chance, il faisait chaud et l’eau était parfaite.

On a donc bien profité de cet endroit idyllique, un de mes préférés parmi les lieux que nous avons visité en Sardaigne, avec l’île de Tavolara. Mais l’inconvénient par rapport aux mouillages dans la région d’Olbia, c’est qu’ici dans le Golfe d’Orosei, nous étions beaucoup moins tranquille. Toute la journée, le vrombissement des zodiacs et autres embarcations rapides n’a pas cessé. Les touristes affluaient en masse et la plage était bondée (serviette contre serviette !).

Mais c’est un prix à payer quand on veut profiter d’une destination pareille en plein mois de juillet, alors on tente de ne pas (trop) se plaindre !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *