Gestion de notre énergie à bord de Manwë

Configuration finale des nouveaux panneaux solaires sur le portique, sans le radar.

Voici une synthèse de notre gestion de l’énergie sur notre voilier, un Océanis 390. Sachant que nous vivons à deux à bord en permanence. Nous allons détailler les producteurs, les consommateurs, le stockage et comment on s’en sort avec tout ça !

Production

On a installé 490 W de panneaux solaires, associés à un régulateur MPPT. En plein soleil, ils fournissent jusqu’à 35 A.

On a un alternateur moteur 70 A d’origine. On n’a jamais besoin de recharger les batteries grâce à l’alternateur, les panneaux suffisent, excepté en navigation si on doit subir plusieurs jours successifs de temps très nuageux.

Stockage

On possède 2 batteries de 200 A chacune, plomb acide, et une batterie moteur de 90A. Cette dernière ne compte pas pour l’énergie du bord.

Nouvelles batteries installées à bord de Manwë

Consommation

Au mouillage, on consomme entre 80 et 100 Ah.

En navigation, c’est plutôt entre 140 et 160 Ah.

Répartition de la consommation

La consommation se fait en 12 V directement sur le tableau, avec des prises 12 V allume-cigare ou USB. Pour le 220 V, nous utilisons un convertisseur de 400 W.

Les gros consommateurs

Notre frigo consomme trop, il pourrait être mieux isolé. Nous n’avons jamais réussi à nous lancer dans ce type de travaux pour l’instant… On verra si ça devient vraiment problématique.

Le pilote automatique consomme lui aussi énormément, surtout dans les vagues, mais il est très fiable et tient bien la route en toute circonstance. On peut difficilement s’en passer;)

Le dessalinisateur consomme 13 A sur 12 V. Nous l’utilisons seulement lorsqu’on est en excédant d’énergie, au mouillage et en journée (rarement en navigation). Comme il tourne sur 12 V, nous n’avons pas besoin d’allumer le moteur pour le faire fonctionner.

Enfin, le guindeau électrique bien sûr mais il ne fonctionne que quelques instants et lorsque le moteur est allumé (qui fournit donc l’énergie nécessaire).

La production solaire sous les Tropiques

Comme le soleil se lève environ vers 6h00, dès 7h00 nous produisons nos premiers ampères. Vers 9h30- 10h00 si le ciel est dégagé, nos batteries sont pleines au mouillage. Sinon en navigation, c’est plus vers 12h00.

Le soleil se couche vers 18h00 et nous produisons nos dernier ampères vers 16h45 si le beau temps s’est maintenu jusqu’au bout. Nous commençons donc à tirer sur les batteries à ce moment, ce qui fait un temps de décharge d’environ 14h au total.

Avec des panneaux orientables, dans la plupart des mouillages sous les Tropiques (orientation du soleil est-ouest), nous pourrions gagner 30 min de charge le matin et de même le soir. C’est une installation intéressante à mettre en place si on en a la possibilité !

Bilan de notre énergie à bord de Manwë

Notre parc batterie est un peu juste pour les longues navigations, surtout en cas de mauvais temps. En outre, ce sont des batteries basiques de camion (achetées au Cap-Vert, nous n’avions pas le choix) donc pas vraiment faites pour faire des cycles de servitude. Avec des batteries à décharge plus profonde ou 500 Ah, on serait plus large et tranquille.

Nos panneaux solaires sont complètement suffisants dans la plupart des cas. Pour les longues navigations, un hydrogénérateur serait bien sûr le top, mais c’est un gros budget ! Nous n’avons pas assez d’équipements gourmands en énergie à bord pour justifier un tel investissement (pas de congélateur ni machine à laver par exemple).

Pourquoi pas d’éolienne sur Manwë ?

Trop d’éoliennes se mettent à vibrer en fonctionnement et font un bruit désagréable, qui je pense nous insupporterait à la longue au mouillage. C’est un avis personnel. Il faut donc choisir sur la bonne marque mais aussi faire un bon montage pour éviter les vibrations.

Nous n’en avons jamais ressenti le besoin au mouillage grâce à nos panneaux solaires. En navigation, la majorité du temps nous sommes au portant. Le vent apparent n’est pas souvent suffisant pour une bonne production de l’éolienne.

Enfin, nous n’avons pas la place pour l’installer sans qu’elle fasse de l’ombre au panneaux solaires, ce qui ferait perdre en production solaire l’équivalent de la production éolienne…

Ce qui nous contrarie le plus au mouillage

Les bateaux au mouillage qui sont obligés de faire tourner leur groupe électrogène pour fournir leur énergie, car il ont trop peu de panneaux solaires ou aucune éolienne, voire même aucun producteur du tout… (souvent des bateaux américains !)

L’investissement solaire est peu cher (environs 1€ du Watt en France) mais bien vite rentabilisé par rapport au prix du groupe électrogène et de son essence.

Un mouillage idyllique peut vite devenir moins sympathique quand son voisin fait tourner son moteur 4h par jour !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *